THE INCREDIBLE STAFF
They will always be there for u♥
ERIN MCCARLEY ❦ FONDATRICE

AKA QUINN BAILEY & LUTHER SAWYER
Voir son profil ?  La contacter ?
JULIUS VON WOLKEN❦ FONDATEUR

AKA RIEN DU TOUT
Voir son profil ? Le contacter ?

AUSTER CAROLL ❦ ADMINISTRATRICE

AKA AMBROISE B. AGAPET
Voir son profil ? La contacter ?
JERELATH COHEN ❦ ADMINISTRATRICE

AKA CHRYSANDRE PETRAKIS
Voir son profil ? La contacter ?

Si vous avez une question, une suggestion ou quelconque autre problème vous pouvez envoyer un petit mp au Staff! Attention certains mordent ♥

© Design #6 par Erin McCarley, optimisé sous Firefox.
BACKGROUND
It's the end when I begin
Dans cet établissement pas de discrimination, tout le monde demeure sur un pied d’égalité : vampires, humains, loup-garous, succubes et autres créatures. Pour ce faire il est naturellement obligatoire de conserver une forme humaine. Marre du monde des humains où vous vous sentez à l’étroit, mal à l’aise ? Il vous manque simplement la liberté. Le pensionnat est là pour vous. Nous saurons vous trouver où que vous soyez et qui que vous soyez.Cependant derrière tout ces aspects d’égalité et de liberté les plans se trament et la tentation de hausser sa race en influence au sein de l’établissement apparaît. Les tensions montent secrètement et lentement entre les différents individus et l’odeur âpre de la confrontation entre celles-ci commence à ce faire sentir. Sous des airs angéliques vos voisins de table peuvent très bien vous haïr. Tout n’est que voile et mensonge. Maintenant à vous de faire votre entrée, qui que vous soyez, quoi que vous soyez. Continuerez vous le jeu malsain qui se joue dans l’établissement ou vous dresserez vous contre celui-ci en faisant éclater la vérité au grand jour ? Saurez vous passer « de l’autre coté » ?
DA NEWS & CIE
You know now
Nouveau DESIGN à commenter et à critiquer ici. Prédéfinis libres et rafraîchis ! Jetez y un oeil! Gazette est de retour ! Pour vous jouer DES mauvais tours, avec une montée de sadisme en prime ♥

N'oubliez pas de voter pour le forum !

the other side
BODIES WITHOUT SOULS, OR NOT
Have fun with them, if you can



Encore et toujours plus de prédéfinis ici !

Partagez|

[Jeu n°1] Je t'ai trouvé [PV Juli']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


CALL ME Hale Eoworin
ANGRY & CIE
■ Messages : 46
■ Date d'inscription : 13/06/2011

What's inside ?
✖ Who are you ?:
✖ Danger's level:
2/5  (2/5)
MessageSujet: [Jeu n°1] Je t'ai trouvé [PV Juli'] Ven 15 Juil - 23:46



&

Le jour était venu pour Hale de passer à l’action ! Oui ce jour était celui où elle devait rencontrer Mister Julius von’Wolken et compagnie pour sa punition ! Elle se retrouva donc devant la salle du conseil de discipline.

Flashback

    Elle s’installa dans le gymnase. Elle ne faisait rien, elle était assise et elle attendait. La matinée commençait de cette manière : une lettre avait été déposée dans son casier. Il était juste écrit « Viens à la salle d’entrainement tout de suite ». La voilà maintenant préoccuper, Hale avait déjà raté un cours la veille et cette complication qui venait de s’ajouter ne l’enchantait pas. Un groupe de fille entraient en chuchotant. Etaient-ce ces jeunes filles qui lui voulaient quelque chose ? L’une d’elle se précipita sur Hale, la releva d’un coup sec et la poussa sur un mur.

    ▬ Arrête de trainer autour de Ryouku-sama ! Il fait semblant d’être ton ami !

    Elle souriait comme à son habitude et ce geste ne plaisait pas aux pensionnaires ici présentes. L’une d’elle rigola et continua de faire une histoire sur les actes d’Hale, l’insultant, lui disant que ce Ryouku se servait d’elle. Elle qui ne faisait que chercher l’amitié devait subir des choses horribles. Si seulement on pouvait la laisser tranquille, lui donner une vie normale comme tout le monde sans qu’elle ait à dévoiler son pouvoir à chaque occasion présente.

    Si seulement elles avaient eu la décence de changer d’avis et de ne pas la déranger ce jour-là. Si seulement ce n’était pas des groupies à fond sur son ami. Pourquoi le malheur s’abattait sur elle ? Mais pourtant elle ne pleurait jamais, sa naïveté arrivait à prendre le dessus et malgré cela ses gestes se font dirigés par son instinct de Wrath.

    La chef du groupe s’avança vers Hale. Ses pas se faisaient vite, soudain elle sauta et déclencha son pouvoir de la glace sur le corps de la jeune fille. Hale aurait voulu rester calme et ne pas s’emporter sauf que son bras s’était agrandi et avait frappé son adversaire. Celle-ci se retrouva presque écraser par un camion. Hale n’avait pas retenu sa force et son problème venait de ses sentiments. Elle ne les maitrisait pas assez. Ce moment fut un ensemble de frustration et de peur. Oui elle tremblait au fond de son âme parce qu’elle avait peur de ne pas réussir à se faire de vrais amis. Puis tout le groupe commençait à partir, revenir sur leurs pas car elles regrettaient toutes leurs actions. Sauf que Hale n’allait pas laisser faire ça. Alors que le « cadavre » de leur amie gisait là, elles s’enfuyaient. Ho que non, Hale n’allait pas les laisser fuir comme des mauviettes, elles devaient aider ! Puis tout son corps se transforma et détruisait une partie du gymnase. Ce bouquant donna alerte aux autorités de la pension. Ils bougèrent le plus vite possible pour arrêter Hale qui se calma après quelque tranquillisant.

Fin Flashback


Elle entra dans la salle et tout le conseil de discipline se trouvait là. Verdict : deux semaines dans la salle de détention avec nourriture restreintes ainsi que nettoyage complet de la pension. De un son ventre de géante ne supportera pas de manger le quart de d’habitude et de deux avec un travaille physique en plus, au fond ils voulaient la tuer non et puis des rumeurs circulaient sur des fantômes. Ce n’était pas comme si elle avait peur hein ! La majorité était pour cette punition, sauf Julius von’Wolken. Elle fut d’ailleurs très surprise de voir que Julius n’allait pas lui faire grand-chose. Mais bon on dirait qu’elle se devait de passer par cette épreuve. Elle fut donc mis au « cachot ».


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


CALL ME Julius von'Wolken
WE ARE WORTH MORE
■ Messages : 280
■ Date d'inscription : 21/08/2010

What's inside ?
✖ Who are you ?:
✖ Danger's level:
5/5  (5/5)
MessageSujet: Re: [Jeu n°1] Je t'ai trouvé [PV Juli'] Lun 8 Aoû - 23:33



Spoiler:
 



Réflexions & Décisions, l’avènement d'une nouvelle période ~




Une, deux puis trois, c’est ainsi qu’elles commencèrent à tomber du haut des cieux. Assit, adossé au pied d’un tout jeune chêne dans le parc, je levai mon regard vers ce que je pouvais apercevoir du ciel à travers les feuillages. Ses gouttes venaient tout juste de tomber par ici et pourtant les nuages étaient déjà si sombres et l’atmosphère si lourde. Recevant une gouttelette dans les yeux j’en clignai rapidement, rabaissant mon visage en m’y passant une main pour ôter l’eau qui y avait perlée. Je demeurais pensif, restant sous mon arbre sans même songer à y partir, le regard terne et l’air las, le regard perdu dans les innombrables impacts que formait l’eau qui tombaient et qui martelaient le sol petit à petit. Longtemps bercé par le sang du combat et de la vengeance je n’eus guère souvent l'occasion d'admirer les petites choses de la vie et même si ma fierté m'en éloignait la plupart du temps, j'avais mes petits moment à moi. Moment ou non de réflexion où je savourais chaque choses auxquelles je n'avais encore porté mon regard. Non pas fasciné mais juste curieux d'apprendre ce qu'étaient toutes ces choses si insignifiantes pour nous et qui pourtant avaient tellement d'impacts sur nos vies. Je n'étais passé que trop loin devant tout ça autrefois. Cependant je ne pouvais m'en vouloir pour si peu, il y aura toujours dans chaque vie des ordres de priorités. Et en ces temps barbares il y avait bien plus important qu'admirer la pluie. Rien que d'y repenser me donnais mal à la tête et je préférai chasser tout ceci de mon esprit à l'aide d'un long soupire mérité. Il n'empêche qu'elles en avaient fait du chemin, ces petites gouttes ci. L'histoire d'une petite particule d'eau née dans le tumulte de nuage bien obscures, condamnée à suivre inéluctablement le cours de la gravité pour finir par s'écraser au sol. Au final nous fonctionnons tous comme cela.

Enfin, je me décidai à me lever. Lentement, prenant appui sur une main je me redressai, me secouant les épaules d’un air absent avant de quitter l’arbre sous lequel j’avais passé ce petit instant de réflexion. D’un pas lent mais sur je me dirigeai ensuite vers l’un des bâtiments annexe du pensionnat pour y rejoindre la salle du conseil disciplinaire où du travail m’attendait encore une fois. Arrivé à l’entrée du bâtiment qui abritait non seulement la salle où je me rendais mais également les dortoirs je me secouai légèrement les cheveux. Une sorte de réflexe que j’avais gardé de chez les canidés. Portant l’une de mes mains à mon visage je la reniflai rapidement. J’allais sentir le mouillé et je n'aimais pas cela... Sur ce je continuai toutefois ma route. Quelques pas, des escaliers franchis, un couloir puis un autre et j’étais arrivé. La porte de la salle du conseil se dressait devant moi. Pour la franchir, nul besoin de passe ou autre stratagèmes, juste une poignée de main. Je l’ouvris simplement et la referma derrière moi. Contrairement au reste du bâtiment, la pièce semblait avoir des airs presque vieillots. Meuble en bois, tapis imposant, grand tableau noir ainsi qu’une tapisserie assez sombre. On se croirait dans la demeure d’un président. Me portant à l’une des fenêtres j’écartai les rideaux d’un coup de main, l’histoire d’y voir un peu plus clair. En effet, il était assez tôt dans la journée, j’avais pour ainsi dire passé la nuit dehors et j’étais le premier du conseil à me rendre dans la pièce, encore bien triste et sombre. L’ayant un peu égayée je m’assis dans le confortable fauteuil qui trônait juste devant un épais bureau, en chêne massif parait-il. Celui-ci surplombait une table de taille moyenne qui servait entre autre à réunir les autres membres du conseil. Je soupirai lentement, faisant tourner mon fauteuil sur lui-même, laissant le poids de ma tête suivre ses mouvements circulaires. La ronde continua encore un petit moment avant que je ne l’arrête doucement pile devant le bureau. Rapprochant la chaise doucement j’attrapai l’un des documents qui y était posé, me décidant à rejoindre les rangs des taches que je devais accomplir, non que cela me réjouissais. Portant la feuille devant mon visage je dévisageai rapidement chaque lignes qui y étaient inscrites avant de la rabaisser quelques peu. Lâchant mon regard du document, je continuai de regarder droit devant moi pensif, alors que les dernières gouttes d’eau encore présentes finissaient de tomber de mes mèches.


""" Abel ... """


Ces rapports faisaient état d’une autre apparition de cette personne dans le pensionnat. Sa première, était survenue il y a quelques temps de cela alors que le pensionnat venait à peine d’ouvrir ses portes. On ne sait pourquoi mais elle était là depuis, à roder, invisible. J’avais beau être aller chercher tous les documents nécessaires qui faisaient mention de son apparition, je n’arrivais pas à faire un rapprochement avec la liste des élèves et du personnel que je disposais. Cette femme était un fantôme, un véritable mystère. Je ne l’avais jamais vu de mes propres yeux mais je croyais les dires des personnes qui l’avaient croisée. En temps normal… j’aurais fermé les yeux sur ses passages dans le pensionnat, mon esprit n'ayant quasi rien à faire d’elle. Mais quelque chose n’allait pas. Si elle n’appartenait ni aux élèves et ni aux personnels qui étaient employés ici elle ne pouvait pas provenir de bien loin et c’est justement ce point qui m’irritais tellement. Je serrai le poing rapidement posant le document quelque peu trempé sur la table de mon autre main. Ce n’était pas impossible qu’elle contrarie mes projets. Après tout l’organisation qui gérait The Other Side était énorme, tous des manipulateurs… Je chassai rapidement ses pensées de mon esprit, revoyant le passé ressurgir avant de soupirer une nouvelle fois. Nous verrons cela plus tard, il me restait encore du temps avant que cela ne devienne véritablement problématique. Je pris un autre document posé également sur la table, m’appuyant la tête sur mon poing dont le coude tenait lui-même contre la table.


""" C’est vrai … il y ça également. """


Je reposai le papier et me relevai lentement du siège avant de me poster à la fenêtre où l’on pouvait voir que le soleil était monté bien haut dans le ciel depuis tout à l'heure. Cette fiche faisait état de la mise en « cellule » de Hale Eoworin, un membre du conseil des élèves et la représentante de la maison Wrath. L’affaire avait été jugée en vitesse hier soir dans cette même salle.



Citation :
Hier soir ~





Le conseil disciplinaire c’était brièvement réuni pour discuter ensemble du sort d’Eoworin. Ce soir ci, lorsqu'elle eut fait son entrée dans la pièce, qui aurait cru qu’elle avait envoyée ses camarades à l’infirmerie et avait détruit une partie du gymnase. Les apparences étaient vraiment trompeuses, qui plus est à l’intérieur de ce pensionnat. La petite Eoworin était une géante d'après les documents que je possédais sur elle, peut-être une fille lointaine de Loki, elle pouvait peut-être être une de mes cousines éloignées. Mais je ne m’attardai pas sur les détails ce jour ci. Le conseil était unanime. Ont ne pouvaient laisser passer de tel comportement. Elle n’était pas la représentante des Wrath pour rien. Une attitude aussi désinvolte vis-à-vis des règles et des biens matériels de l’établissement n’avait pas lieu d’être, qui plus est chez un membre du conseil des élèves. Voilà la raison de notre réunion. Cependant même si nous étions du conseil disciplinaire et que notre travail était de faire respecter la loi… juger un membre du conseil des élèves était délicat et ne se faisait pas aussi simplement qu’un banal élève. En effet, le conseil des élèves était pour ainsi dire le seul groupe qui pouvait nous faire face et nous forcer à peut-être changer les décisions que l'ont prenaient. Sur le papier ils possédaient tout simplement presque les même droits que nous. Juger un de leur membre pouvait créer des tensions qu'il valait mieux éviter. Mais avec une réunion comme celle ci, le poids de nos cinq avis nous enlevaient nos épées de Damoclès d'au dessus de nos têtes, la géante étant en plus dans une situation qui ne l'arrangerait surement pas. Enfin passons à la suite de notre jugement.... Évidemment, certains du conseil prônaient leurs méthodes habituelles, comme lui faire comprendre par la violence l’histoire de bien lui incruster le règlement dans la tête. D’autres plus posés préféraient la destituer de son rang au sein de l’établissement. Mais aucunes des décisions ci fut prisent, la majorité étant de rigueur, tout n’était pas si simple. Quant à moi je restai sagement à écouter les dires de mes compagnons du conseil, écoutant leur avis, en prenant brièvement note d’un air absent. Je me contentai de fixer la géante tranquillement, elle avait l’air si petite à présent. Levant la main, je tranchai tous les avis en annonçant qu’il serait préférable de lui faire passer quelques jours dans les cachots du sous-sol. Le silence ce fut immédiatement et les yeux se tournèrent vers ma personne. Certains fronçant les sourcils, d’autres souriants, ils acquiescèrent tous ma décision à condition d’y ajouter quelques petites options. Du nettoyage et de la nourriture un peu moins abondantes que d’habitude en quelque sorte. Le verdict fut ainsi prononcé et me je levai, m’arrêtant au côté de la jeune fille, lui murmurant simplement que la ferait sortir sous peu. Deux des membres du conseil l'amenèrent ensuite au sous-sol sans qu’elle n’ait pu dire un mot pour sa défense. Bizarrement c’est ce qui m’avait tant dérangé dans cette affaire, qu'elle n'eut rien dit du début à la fin.




~ Fin



Les yeux mi-clos je continuai d’observer l’horizon par de là ma fenêtre. Je me décidai enfin à la quitter lorsque j’eus aperçu un oiseau voler haut dans le ciel, presque jaloux de sa situation je n’avais pu garder mon regard sur celui-ci. Je sortis d’un pas lent de la salle du conseil, laissant trainer les documents que je venais de lire. Me dirigeant vers le sous-sol du pensionnat je dû quitter le bâtiment qui abritait la salle du conseil ainsi que les dortoirs avant de retourner dehors, ne m’apercevant que maintenant que la pluie avait presque cessée. Je pris ensuite la direction d’une des entrées du sous-sol, passant par des endroits pas très peuplés. En réalité, je n’aimais guère me mêler à la foule et s’il était possible de l’éviter je le faisais. Non pas que cela me dérangeais réellement, mais tout ça m’ennuyais à vrai dire. Je préférais me faire discret, surtout vu mon objectif actuel… Enfin arrivé dans le passage qui menait au sous-sol j’empruntai les marches d’escalier que je descendis une à une lentement. Celles-ci étaient pour le moins que l’on puisse dire glissantes, l’air était humide ce qui se faisait clairement ressentir sur les parois du passage et sur la peau. Même si cela ne m’aurait guère posé problème j’étais content de voir que les lumières avaient été vite installées dans ce coin ci également. Car oui il faisait sombre en ses sous-sols. Sombre mais aussi frais. La température avait du baissée de quelques degrés maintenant que j'étais en bas. On pouvait sentir un léger courant d'air filtré entre les tunnels, signe qu'il y avait d'autres entrées et d'autres sorties. Cet endroit n’était qu’un voile glacial de ténèbres qui ne servait qu’à cacher bien des mystères, enfin … Je chassai ces quelques idées de ma tête et prit la direction des cachots où j’allais rencontrer à nouveau la jeune géante. Je connaissais bien mon chemin dans ces nombreux dédales de couloirs étroits où n’importe qui aurait pu se perdre facilement. Ce n’était pas encore le labyrinthe qui se trouvait non loin de là mais presque. J'y venais souvent pour des raisons assez mystérieuses, pour mon travail en gros. Arrivé finalement aux cachots, plus communément appelés dorénavant salles de détentions j’attrapai le trousseau de clef en hauteur et me présentai devant la dite cellule de Miss Eoworin. J’avais mis un peu plus de temps que prévu en passant par ce passage ci mais tant pis. Il était vrai que j’aurais gagné du temps à passer par la porte principale qui menait ici, vu que les salles de détentions y étaient directement reliées mais bon. Je cherchai rapidement des yeux la jeune femme dans la salle à travers les barreaux de sa cellule. La lumière n’était pas très présente ici, c’était bien évidement volontaire. Je ne mis cependant pas longtemps pour la voir, quasiment immédiatement je dirais même. A cause de sa chevelure d'un rose hors norme que je ne serais qualifier avec les mots que je possédais. A la regarder ainsi, j’eus l’impression d’assister à une scène imaginaire. Il n’y avait rien à redire, l’allure, non tout ce qui faisait d’Hale Eoworin Hale Eoworin ne collait avec cette sombre scène. C’était comme placer un soleil rayonnant dans un paysage apocalyptique, elle n’avait pas sa place ici, mais cela ce n'était pas vraiment à moi dans décider. Sans un mot je fis entrer la clef qu’il fallait dans la serrure, gardant mon regard toujours sur elle. Un déclic eu lieu, la porte venait de s’ouvrir. Je sortis la clef et poussai mollement la porte.


""" Ne crois pas en un acte de charité, je trouve simplement qu’un membre du conseil des élèves ferait bien mieux d’aller remplir son travail plutôt que de croupir ici. """


Sur ce je fis volte-face et me dirigeai vers la porte de sortie principale, replaçant au passage le trousseau de clef à sa place. Ce que j’avais dit était la pure vérité. Je ne me souciais guère de son avenir et de son état dans ce cachot. Cependant, pour le futur de ce pensionnat et pour mes plans il était nécessaire que tous les pions soient sur le terrain et fassent leur travail. Il y avait déjà certains problèmes qui se dressaient sur mon chemin, ils étaient largement suffisants. Soupirant, je me retournai brièvement vers la représentante des Wrath. La couleur de sa chevelure n’allait vraiment pas de pair avec l’esprit de cet endroit, je souris légèrement, comme pour la rassurer …

""" Viens """

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


CALL ME Hale Eoworin
ANGRY & CIE
■ Messages : 46
■ Date d'inscription : 13/06/2011

What's inside ?
✖ Who are you ?:
✖ Danger's level:
2/5  (2/5)
MessageSujet: Re: [Jeu n°1] Je t'ai trouvé [PV Juli'] Dim 11 Sep - 1:12



Elle n'avait rien espéré, elle n'avait rien désiré et pourtant l'espoir lui fit trouver un chemin sur lequel elle pouvait marcher librement. Hale se l'était promis à elle même il y a de cela bien longtemps. Longtemps devait être un bien gros mot mais elle prit l'habitude de ne plus penser à elle-même. L'égoïste ne gagnera jamais contre cette enfant, il aura beau lui donner des très bons amis, une très bonne vie, un beau petit-ami jamais ô grand jamais elle n'oserait prendre un quelconque avantage. La vie d'autrui est plus importante dans son dictionnaire que sa propre existence. Dans le froid, le dos face au mur et les fesses posées sur ce sol grisé et rocheux, mademoiselle Eoworin attendait. Non pas une lumière qui l'amènerait vers l'extérieur mais plutôt la clé. Ouvrir une cellule consiste bien à insérer une clé non? Ho détrompez-vous elle n'a aucune intention de forcer le passage, elle pensait à découvrir le cœur humain. Hale ne comprenait pas très vite les choses, tout comme la résolution des problèmes elle ne sait comment s'y prendre sauf une fois la solution acquise. Le petit problème que vous connaissez tant, Hale, une fois cette solution retenue, ne la lâche pas.

Tout en pensant aux multiples services qu'elle pourra rendre, elle posa sa main gauche sur le mur. Elle n'avait fait que réfléchir et ne soupçonnerait pas que le cachot serait dans une si basse température. La pièce glaciale refroidit peu à peu la Wrath cependant aucun mal à tout cela n'est-ce pas? Oui parce qu'à un moment ou un autre quelqu'un ouvrira cette porte non? Quelqu'un aurait voulu la chercher non? Quelqu'un... Elle attendait depuis un bien trop long moment, ses yeux mi-clos commençaient à peser. Comment avait-elle pu devenir représentante? Sans cesse elle continua à laisser cette question trainer quelque part dans un coin de son cerveau. Au fond d'elle, la jeune Hale n'avait en aucun cas demandé un post dont l'autonomie se devait être présente à chaque moment. Seulement sa gentillesse, sa pureté et sa tendresse l'emmena dans des horizons hors de portée pour elle. Ce qu'elle ne devait, à aucun prix, lâcher tout comme ses amis... Oui ce qu'elle appelait "amis" disparaissaient plus vite qu'une seconde. La géante avait beau serré au plus profond de son cœur les différents liens qui l'unissait à ses proches, tous finissaient par périr.

Et si je vous contais une histoire? Oui et puis passons donc le temps. L'horloge indiquait tranquillement midi. Tic tac tic tac, on frappa à la porte d'un manoir vide. On l'ouvrit le plus délicatement mais elle grinçait de toute ses forces pour ne pas être oublier. L'individu osa poser pied sur la terre d'un dieu, un semi-dieu en fait. Celui si haut en enfer et si bas au paradis, un être au corps repoussant moitié-homme moitié-bête, entendit l'alerte donnée par sa propre demeure. Une maison magique, des chaises qui bougeaient, des murs qui entendaient, quoi d'autre comme mystères? Posez-vous déjà donc les questions suivantes: qui l'avait construite? Pourquoi?

La créature n'avait rien fait, elle était gentille et ne chassait point les humains! Pourtant le chasseur de ce jour lui en voulait. Sa sœur, Stratia, avait tué une innocente qui se promenait ici sans mauvaise intention car en effet elle s'était perdue. Cependant Stratia joueuse et égoïste n'écoutait pas son frère et se nourrit donc de la jeune fille. Le bon frère qui ne pouvait en vouloir à la faim de sa sœur devait se sacrifier pour la sauver. Le chasseur arrivait donc devant le labyrinthe où aucun Homme ne put sortir de cette chose, personne n'avait retrouvé chemin sans l'aide de Mino. La créature hideuse n'attirait pas les femmes, loin de là, ses longues jambes d'animal pouvaient écraser à n'importe quel moment la fourmis. Son autre moitié au corps de garçon extrêmement terrifiant détruirait tout sur son passage.

Chasseur, ho petit chasseur dit moi qui sera tué? Ho Chasseur , ho vilain Chasseur, Mino perd son équilibre, Chasseur, ne viens-tu pas de mettre fin à sa vie? Pourtant un goût amère coulait dans sa bouche... Le sang descendant et ruisselant tel un fleuve faisant de son mieux pour donner de l'eau était rouge. Bien que la victoire fut acquise, on appelait cela une victoire amère, qui frustra un très long moment le soldat près à tuer pour sa fille. Tant d'obstacles qui finirent par ne servir à rien, peut être faire perdre du temps. Oui bien sûr une perte de temps inutile, débile, décevante! Il partit, regardant en arrière et frémissait. Enfant coupable d'un meurtre comis d'une fausse accusation sans recherche, ni justification. En fait il ne l'a pas su.... Il ne le saura jamais.

Non loin de la scène une petite sirène s'était cachée, elle attendait la mort de son frère. Ce qu'elle n'avait pas prédit? Que la personne qui l'avait toujours chérie, le seul membre de sa famille était l'unique à détenir la solution du labirynthe. Quel rapport? Quel mystère?

Hale se l'était conté de trop nombre de fois, séparant Mino comme sa conscience et Stratia son instinct, sa fureur. Hale devait certainement être la brute de toute l'histoire, où qu'elle soit seul son désir de "tuer" lui fit peur. Elle, enfermée dans les noirceurs, s'était bien contentée d'être une sage enfant candide. Et si elle abandonnait espoir? Si la jeune demoiselle baissait les bras? Son existence n'aurait donc servi à rien? Que se racontait-elle encore une fois, elle secoua sa tête et soupira un long moment. Une fois ses esprits repris, elle joignit ses mains et fit la position pour prier. Elle criait dans son cœur de venir la chercher, que quelqu'un eu l'aimable tendresse de l'avoir observer et de la libérer. Les yeux fermés, son front presque transpercé par une ligne qu'elle n'aurait point vu et ses doigts se chauffant malgré la température.

- Ne crois pas en un acte de charité, je trouve simplement qu’un membre du conseil des élèves ferait bien mieux d’aller remplir son travail plutôt que de croupir ici.

Pris dans le feu de l'action elle ne remarqua pas la porte entrouverte et un bonhomme assez mystérieux il faut dire. Cheveux au teint gris proche du blanc, certes il lui rappelait Julius Von'... Enfin bon Julius, car ce fut bien l'un des seul dans le pensionnant à avoir une chevelure aussi étrange qu'elle. Après avoir ouvert grand ses yeux, sans l'ombre d'un doute, c'était bien lui. Était-ce la première fois qu'elle vit une beauté dans son genre? La géante se disait que ce sera donc la première et dernière fois. Elle même ne savait pas pourquoi elle avait pensé un telle chose.

- Viens

Un mot si simple qu'il disait une fois retourné, un sourire si délicat sur ses lèvres qu'il montrait et pourtant tous le craignait. Si dans leur vie antérieur, lui était une sorte d'empereur et elle une simple prisonnière, une sorte de sorcière? Encore une fois des pensés assez étranges l'entouraient. Elle se gratta la tête, ne voulant en aucun cas attiré l'attention de Julius. Certains auraient cru à un geste pour se faire remarquer mais de toute façon lui continuait son chemin.

Lorsqu'elle s'était retrouvée dans la cellule, la destination entre celle-ci et l'entrée lui paraissait si proche, maintenant qu'elle se sentait un peu oppressée par la présence du grand président... Les pas, les pas et encore des bruits de pas, finalement Hale n'était pas si ouverte qu'elle le pensait? ho que non!

- Hum.. J... Julius.... Merci


Si c'étaient les seuls mots qu'elle put dire... hé bien tant pis elle les avait quand même transcrit. La sortie et puis quoi? C'était fini? Il l'aurait relâché comme ça? Oui quand je dis ça c'est le genre de mot qu'il la traite comme une sorte d'objet ne servant à rien. Alors...? Ce jour, Hale n'aurait jamais pensé que leur relation bousculerait en fait, ce jour elle n'aurait jamais pensé rencontrer un grand secret. Ce jour elle n'aurait jamais cru voir ce message d'Abel. Lui s'arrêtant net sans dire un mot, le front plissé, les poings à moitié serrés. Une chose que la lycéenne ne pourrait croire sans l'avoir vu. Une fois qu'elle se mit sur le côté, un peu penchante vers la gauche, un message inscrit par un instrument pointu sur la porte qui disait "Une part d'ombre teinte toute lueur".

- Ne t'inquiète pas je suppose que c'est une blague.

Son regard disait qu'il connaissait déjà la vérité, son regard disait aussi que le moment tombé mal et que jamais il n'aurait du m'impliquer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


CALL ME Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Jeu n°1] Je t'ai trouvé [PV Juli'] Aujourd'hui à 1:09

Revenir en haut Aller en bas

[Jeu n°1] Je t'ai trouvé [PV Juli']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.T H E O T H E R S I D E :: Salle de détention-
Sauter vers: