THE INCREDIBLE STAFF
They will always be there for u♥
ERIN MCCARLEY ❦ FONDATRICE

AKA QUINN BAILEY & LUTHER SAWYER
Voir son profil ?  La contacter ?
JULIUS VON WOLKEN❦ FONDATEUR

AKA RIEN DU TOUT
Voir son profil ? Le contacter ?

AUSTER CAROLL ❦ ADMINISTRATRICE

AKA AMBROISE B. AGAPET
Voir son profil ? La contacter ?
JERELATH COHEN ❦ ADMINISTRATRICE

AKA CHRYSANDRE PETRAKIS
Voir son profil ? La contacter ?

Si vous avez une question, une suggestion ou quelconque autre problème vous pouvez envoyer un petit mp au Staff! Attention certains mordent ♥

© Design #6 par Erin McCarley, optimisé sous Firefox.
BACKGROUND
It's the end when I begin
Dans cet établissement pas de discrimination, tout le monde demeure sur un pied d’égalité : vampires, humains, loup-garous, succubes et autres créatures. Pour ce faire il est naturellement obligatoire de conserver une forme humaine. Marre du monde des humains où vous vous sentez à l’étroit, mal à l’aise ? Il vous manque simplement la liberté. Le pensionnat est là pour vous. Nous saurons vous trouver où que vous soyez et qui que vous soyez.Cependant derrière tout ces aspects d’égalité et de liberté les plans se trament et la tentation de hausser sa race en influence au sein de l’établissement apparaît. Les tensions montent secrètement et lentement entre les différents individus et l’odeur âpre de la confrontation entre celles-ci commence à ce faire sentir. Sous des airs angéliques vos voisins de table peuvent très bien vous haïr. Tout n’est que voile et mensonge. Maintenant à vous de faire votre entrée, qui que vous soyez, quoi que vous soyez. Continuerez vous le jeu malsain qui se joue dans l’établissement ou vous dresserez vous contre celui-ci en faisant éclater la vérité au grand jour ? Saurez vous passer « de l’autre coté » ?
DA NEWS & CIE
You know now
Nouveau DESIGN à commenter et à critiquer ici. Prédéfinis libres et rafraîchis ! Jetez y un oeil! Gazette est de retour ! Pour vous jouer DES mauvais tours, avec une montée de sadisme en prime ♥

N'oubliez pas de voter pour le forum !

the other side
BODIES WITHOUT SOULS, OR NOT
Have fun with them, if you can



Encore et toujours plus de prédéfinis ici !

Partagez|

Hallow || Appauvris, ok mais comme de l'uranium.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Hallow || Appauvris, ok mais comme de l'uranium. Ven 12 Aoû - 15:48


Moi j'ai peu de preferences entre l'essence et la poudre.

quand du bout de mes doigts brulants, danse la foudre.





• NOM : Grimstone
• PRÉNOM(S) : Hallow
• ÂGE RÉEL / D'APPARENCE : 422 ans. apparence d'adolescente pre-pubère.
• DATE & LIEU DE NAISSANCE : /inconnu/
• RACE : Succube.
• MAISON(S) DÉSIRÉE(S) : Gluttony
• NIVEAU : Niv. 2


“ Jusqu'à la fin, la dernière latte, le dernier train „
La dernière seconde avant le coup de frein à main.


Pendant longtemps ta vie n'a tournée qu'autour de ces mots. La traîtrise, la déception, la douleur causée par l'abandon. Toi qui étais si soignée, si disciplinée. Toi qui l'admirait plus que quiconque sur cette terre tu n'as pas acceptée d'être laissée ainsi au bord du chemin. Tu la haïs. La colère, les larmes qui ne coulent pas. Calme toi, Hallow, fait disparaître cette main qui serre ton coeur et ton estomac, qui tire impunément sur tes yeux pour faire couler des larmes de colères. Retourne vers la folie, retourne vers l'insouciance de la démence, ça te fait du bien, c'est ce qu'il y a de mieux. C'est ce que tu dois faire pour ne plus être malheureuse. Et tant pis si certains doivent souffrir. Tu paieras le prix à payer pour retrouver ta sérénité. Tue, brûle, pille, torture, viole. Fait souffrir d'autre pour mieux oublier ta propre détresse. Regarde cet homme en sang te supplier de lui laisser la vie sauve, regarde le dans les yeux, lis son désespoir, aspire sa douleur. Fait lui mal. Ris aux éclats, Écrase son crâne contre la table. Et maintenant, souris, démente.
    « Lèche »

Quelque chose n'allais pas. Et il le sentait. Cette femme avait les cheveux bruns acajous comme sa maîtresse, le nez aquilin, les yeux, la bouche charnue de sa maîtresse, son odeur, sa voix, son regard brûlant. Elle avait ses dents blanches et alignées. Un corps à se damner, un rire éclatant. Toutes ces choses que sa femme n'avait jamais eue et qui poussait ce riche homme à mettre en jeu sa vie de famille, sa réputation, sa place au sein du village. Elle était là, avec son visage de pauvresse égyptienne, presque nue, sa peau brune illuminée par un rayon lunaire. Tout était identique, mais rien n'était pareil. Ça n'était pas le corps, c'était l'âme. Il le savait, il le sentait. Car il aimait cette femme plus que n'importe qui d'autre sur terre, plus que sa femme dont la frigidité alarmante ne lui avait jamais donné qu'un seul enfant, laid, chétif et maladif qu'il n'avait jamais su aimer. Mais elle. Elle. Elle. Lorsqu'il l'avait vu danser sans pudeur sur des rythmes vigoureux digne d'une musique démoniaque au pied de l'église un désir obscène avait pris possession de son corps, il l'avait désirée avec tant de puissance, pendant tant de temps, réprimant avec amertume son envie de venir un soir chasser cette beauté brune pour la violer sans honte dans une ruelle sombre comme le mérite les putain de son genre. Mais il l'avait eu différemment et pour bien plus de temps. Il l'avait eu par l'argent, car les belles salopes se vendent elles-mêmes. Avec douceur, avec patience il a gagné sa confiance. D'abord en lui donnant quelques poignées d'argent au fond de son sac de pauvresse, admirant ses courbes alléchantes ondulant comme autant de flammes infernales, ensuite une pomme, un quignon de pain, puis la messe ensembles, une pièce d'or glissée dans la main de la métisse, une robe précieuse, des bijoux, un baisé, des lèvres au goût de miel et de framboises écrasées. Très vite elle prend goût aux choses précieuses, très vite il lui offre une petite maison a elle. Elle s'appelle Ahmasis. Elle aime faire l'amour et lui offre un bel enfant a la peau brune. S'il ne l'a d'abord chassée que pour son corps, aujourd'hui c'était l'être tout entier qu'il aimait et chérissait. Et aujourd'hui, elle est assise comme une salope, les jambes grandes écartées, le fixant droit dans les yeux. Elle qui est si timide, si prude. Elle qui aime tant l'amour, mais qui a tellement peur de fâcher le seigneur. Lèche. Répète-t-elle en lui tendant son pied. Ahmasis murmure-t-il en levant les yeux vers elle. Obscène, pécheresse. Démone au regard brûlant. Elle n'est certainement pas sa maîtresse, mais cette situation de domination fait naître chez lui une excitation honteuse qu'il tente de réprimer. Peut être aura-t-elle compris quels sont ses vices cachés et pris son courage a deux mains afin de satisfaire ses envies, défiant dieu ainsi que l'autorité de cet homme. Il lécha son pied. Un rire sournois, mais toujours aussi gracieux jailli de la bouche barbouillée de rouge de la métisse. Une bosse se forma dans le pantalon de l'homme, il baissa la tête de honte. Elle recommença à rire, se pencha vers lui, laissant ses seins retomber avec grâce et lui murmure.
    « Alors ça te plaît ce genre de choses ? Décidément les hommes sont vraiment pathétique. Espèce de... Salope. »
Piqué a vif, l'homme se lève et tente de frapper au visage la beauté brune, hurlant que la seule salope dans la pièce, c'était elle. Mais le temps que le coup parte, la jeune femme se retrouve derrière lui et lui enserra les parties génitales. Le menaçant sans honte de les lui faire éclater s'il ne se calme pas. Il voulut bouger, mais la femme resserra sa main autour de ses testicules. Provoquant un cri de douleur. Elle serra encore plus fort, le visage de l'homme se mua en une grimace tandis que la brunette laissa se dessiner un sourire sur son visage. La jeune femme apprécia avec bonheur les souffles douloureux de l'homme. Hallow relâcha l'étreinte de ses mains, il poussa un soupir de soulagement, la douleur était toujours là, mais bien moins forte. Chaque fois que son sang passait dans cette zone, la douleur se refaisait violente puis disparaissait aussi vite qu'elle était venue. Maintenant il n'osait même plus bouger et se retenait tant bien que mal de partir en courant, maintenant il était persuadé d'être en présence d'une folle ou d'une entité maléfique ayant pris l'apparence d'Ahmasis. Il voulut repousser l'étreinte de la femme, mais avant même qu'il eu le temps d'agir elle le tourna vers elle et l'embrassa a pleine bouche, léchant ses lèvres, sa langue, mordant son cou, sa joue, ses lèvres. Il se laissa alors entraîner par son étreinte infernale, il lui rendit son baiser et laissa balader ses mains sur le corps nu de cette créature. Qu'importe qu'il s'agisse d'une envoyée démoniaque ou d'un coup de folie de sa femme, elle était bien trop désirable pour qu'il ne la repousse. alors qu'il lui caresse les fesse, la jeune femme lui colle une claque phénoménale qui lui fit faire plusieurs pas en arrière. Complètement sonné il n’eu aucune réaction et laissa la femme revenir vers lui sans rien dire. Elle le poussa sur le lit avant de s'installer par dessus-lui. A demie allongée sur lui elle murmure doucement a son oreille toutes les choses qu'elle a l'intention de lui faire. Un sourire. Il la regarde droit dans les yeux. Il semble impatient. Si seulement il savait quel genre d'enfer l'attend après tout ça. Alors elle s’exécute, elle danse sur lui, ondulant sans honte les hanches charnues de la femme dont elle a volé le visage. Elle regarde le ballet céleste suivre son cour dans le ciel en écoutant les soupir de l'homme qui la satisferas cette nuit. Elle l'embrasse quelque fois, le laisse la toucher, le gifle de temps en temps et constate vite que ça ne fait qu’attiser son désir et revigorer son érection. Elle vas même parfois jusqu'à l'insulter, curieuse de voir quels genres d'humiliations cet homme est capable d'encaisser voir, d'apprécier. Il dit qu'il l'aime et la jeune femme roule des yeux. Ce que c'est écœurant un humain. Toujours a raisonner par les sentiments. Ce que ça paraît fragile et pathétique a soupirer faiblement. Hallow commence alors a lui écraser la gorge. Il étouffe mais ne se débat pas. Il atteint l'orgasme alors qu'il commence a perdre conscience. Un vrai taré. Hallow descend du lit, se met dans un coin afin de reprendre son apparence habituelle. A la vue de l'enfant blonde il balbutie quelque chose d’incompréhensible, Hallow laisse un sourire lui dessiner le visage, un sourire narquois et amusé. il tente encore une fois de dire quelque chose, mais le choc le fait bégayer et parler bien trop vite pour que l'on y comprenne quelque chose. la jeune fille éclate de rire.
    « Je vais te devorer. »
Et elle le dévora. Elle n’attendis même pas qu'il fut mort pour attaquer sa chaire. Croquant son cou alors qu'il s’apprêtait a parler a nouveau. Le laissant mourir hémorragie alors, qu'assise dans un fauteuil de luxe, elle profitait du goût fort de la viande humaine. Elle le dévorait aujourd'hui et demain elle l'aurait oublié. Comme tout les autres, comme les précédents. Tous violés, tous dévorés. Tous perdu dans les méandre des ses souvenirs. Elle ne s’était jamais attachée a un humain et cela n'arriverais jamais, car leur mort n'as jamais eu d'autre but que celui de faire oublier pour quelques instants de plaisirs la douleur lancinante causé par l'absence de son mentor. Demain elle chasseras a nouveau. Car demain la douleur seras revenue...
Hallow errait depuis plusieurs jours dans les rue d'une très grande ville dont le nom et la localisation n’ont qu'une importance minime. Mais c’était une ville sale et grise, une ville ou la pluie constante transformait les rue qui aurait pu être joyeuse en un lieu boueux et glauque. A côté des gigantesques immeubles de verre transformés en impitoyables forteresses par la brume l'enfant paraissait minuscule. Une poussière, une mouche, une fourmis blonde. Ça avait toujours été ainsi. Toujours la plus jeune, la plus petite, la dernière de toutes qui contrairement a ses sœurs qui optaient toutes pour des corps de diva aux visages sublimes, préférais une enveloppe charnelle de fille tout juste sortie de l'enfance. Celle qui met un pied dans l'adolescence, qui commence a peine a avoir de minuscules seins, qui n'as toujours pas de hanche ni de fesse, celle qui a toujours le nez retroussé des enfants et le rire mi-enchanteur mi-effrayants propre a la naïvetés cruelle des bambins. Pied nus, décoiffées dans une petite robe rouge a froufrous, elle semblait n'être la pour aucune raison particulière. Prenant aléatoirement les ruelles se présentant a elle. Cette façon d'errer la poussait a tourner en rond sans fin, voyant toujours les même banc, les même immeubles, les même humains. Tant et si bien que certaine personnes, probablement surprises de voir une petite fille se balader seule et pied nu jusque tard le soir commençaient sérieusement a la dévisager lorsqu'elle passait prés d'eux. Quand a Hallow, elle pestait en silence. Ne trouvant personne a son goût. Aucun homme, aucune femme ne lui mettait l'eau a la bouche, aucune chaire ne trouvait grâce a ses yeux. Personne, personne. Rien. Et la faim se faisait plus forte a chaque coup d'horloge. Elle vit passer des hommes. Gras, laid, stupides. Pourquoi diable fallait-il que cette époque maudite engendre des hommes aussi dégoûtants qu'elle ? Tous avilis par le dieu télévision. Rendu fou par l'argent. Ce quartier n'est pas le bon se dit elle. Les seuls hommes digne de mon intérêt son encore ceux que l'on trouve dans les quartiers pauvres. Un soupir. Une main solide sur son epaule l'immobilise. Elle se retourne aussi vite que possible, tente de se dépêtrer de l'emprise solide de la main gigantesque, quand elle sent un énorme bras lui enserrer la taille et lui faire quitter le sol, la mettant a la hauteur d'un visage totalement inconnu mais surtout, furieusement sévère.
  • « Mademoiselle Grimstone... Je crois que nous avons a parler. Vous et moi. »
Hallow sentit ses pied toucher a nouveau le sol. Le monstre gigantesque qui l’enserrait au niveau de la taille et celui qui lui tenait le bras disparurent dans la brume. En tout cas il n’était plus visible, mais Hallow etait intimement persuadée qu'ils n’étaient que caché, attendant le moindre faux pas pour se jeter sur elle et la tuer s'il le fallait.
    « Quelle élégante façon de leur signifier que vous souhaitez rester seul avec moi, Sieur...  »
  • «Je ne crois pas que vous donner mon nom changeras quoique ce soit a la situation dans laquelle vous vous êtes mise, ma chère. Vous avez d’ailleurs déjà reçu des... Hm. Des avertissements de certains de mes collègues, je crois ?  »
Elle croisa les bras et pencha sa tête sur le côté. Elle ne dit rien mais son visage parlait pour elle. Sans déconner semblait-elle dire dans son silence entêtent. Elle voulait parler, l'insulter, lui demander de foutre le camp et d'aller se faire mettre par les haut dignitaires de la CdC. Mais elle resta silencieuse et afficha tant bien que mal un sourire poli d'enfant modèle. Elle répéta encore une fois comme elle l'avait déjà fait des dizaines de fois auparavant son speech. Clamant son innocence, tentant d’apitoyer son bourreau en lui faisant comprendre la douleur de perdre son mentor. La difficulté de vivre seule. Ne lésinant pas sur le regard perdu, la mine triste, les grand geste, insistant sur son aspect physique lamentable. Ses cheveux mal coiffés, sa robe dégoûtantes, ses pieds boueux. Elle sortit ses poches afin de montrer quelles étaient vide. Elle avoua avoir eu quelques coups de folies, mais rien de bien grave selon elle. Pas de quoi fouetter un chat.
  • «JVous vous moquez de moi ? Vous voulez peut être que nous revenions ensembles sur les faits ? Rien que ce mois-ci vous avez tué, près de dix humains sans prendre la peine de vous faire discrète, une épouse vous a vu et a parlé de vous partout dans sa région. Et ce n'est pas la première fois que ce genre de choses arrive. Je crois que vous comprenez quel genre de danger vous représentez pour nous tous, n'est ce pas ? »
    « Écoutez, je...  »
    « Je ne suis pas ici pour discuter. Saisissez vous d'elle, mes braves..  »
Le réflexe de fuite. A la fois extrêmement lâche et particulièrement courageux. Se retournant aussi vite que possible, Hallow pris ses jambes a son coup persuadée qu'elle ne pourrais jamais leur échapper mais trop fière pour se rendre aussi facilement. Ainsi commence une course poursuite effrénées dans les rue d'une ville grise et morne. Juste ce qu'il faut pour redonner des couleurs a ce lieu plus triste qu'un cimetière. Deux monstres bien plus grand et solide qu'elle la course. La force ne fait pas tout hurle t'elle, je suis bien plus rapide. Un ricanement sournois s’échappe de sa bouche. Elle leur lance tout ce qui passe sous sa main. Des cailloux, de la boue. Si elle le pouvait elle leur lancerais des lampadaires et des humains au visage. Finalement la course ne duras même pas une minutes. La blondinette fut prise en sandwiche dans une minuscule ruelle sombre par les deux gorilles. L'un des deux monstre la prend sous son bras, insensible aux morsures, coup de poing et griffures que la petite choses lui fait subir. Baladée comme un sac a patate jusqu'au ''négociateur'', Hallow pousse des hurlements d'enfants hystériques. Et insulte alors sans ménagement les deux malabar qui la tiennent fermement ainsi que ce stupide envoyé de la CdC. Son visage se mue en une grimace de rage. La colère est si forte que des larmes amères coulent le long de ses joue. Et ce visage d'ange qui débite plus d'insulte a la minutes que le célèbre démon de l’exorciste.
    « Ainsi, voilà ce qui se cachait sous ce visage angélique. Ma petite tu iras a ''the other side''. Quand tu ressortiras de cet établissement tu seras aussi inoffensive qu'une brebis.  »


“ L'asphyxie est lente sous les chiffon de chloroforme „
Mais je dors encore que d'un poumon, le second m'attache à mes fantômes.


◘ Hallow est clairement atteinte mentalement. Complètement hystérique, cruelle, violente. Elle a un mal fou a se faire des amis, mais ce n'est pas comme si cela attristait.
◘ Elle n'as jamais aimé quelqu'un a part elle même et Lillith qui aujourd'hui est devenue Luna et a semble t'il perdu la mémoire. Son ancienne chef ne représentant plus du tout une menace pour Hallow la vengeance s'annonce facile et violente.
◘ C'est une menteuse doublée d'une hypocrite. Il ne faut en aucun cas faire confiance a Hallow. Tout ce qu'elle dit, même si elle semble être d'une sincérité écrasante peut n'être qu'un tissu de mensonge cousu de fil de soie.
◘ Elle est instable et colérique. Il lui arrive de devenir complètement hystérique sans raison apparente. Et sans raison profonde non plus. C'est ce qui rend ses coup de colère particulièrement impressionnants.
◘ Si le sadisme est un trait relativement récurent chez les succubes, il est particulièrement prononcé chez elle. Il n'y a rien qu'elle aime plus que voir la souffrance d’autrui. Qu'elle soit physique ou psychologique, cela lui provoque une intense sensation de satisfaction.
◘ Si elle est nulle dans tout ce qui est artistiques elle a tout de même une imagination débordante. En effet il n'existe pas de personne au monde aussi douée qu'elle pour trouver sans cesse des insultes toutes plus dégoûtantes les unes que les autres.


“ A l'orphelinat des amants du bitume on apprend à tromper l'amertume „
Bercez-vous d'illusions et de stupides refrains, sales enfants d'putains



• PRÉNOM / PSEUDO : Poussin o/
• ÂGE : 17 ans.
• VOTRE AVATAR : Flandre Scarlett
• COMMENT AVEZ VOUS CONNU TOS ? : Je l'avais en favoris depuis un moment et finalement, j'ai décidé de m'inscrire.
• CODE DU RÉGLEMENT : OK par Erin :3  [J'ai souffert pour le trouver je demande une standing ovation x) ]
• SUGGESTIONS ? : Rien ne me viens, la tout de suite.

[list][*]


Dernière édition par Hallow Grimstone le Mer 17 Aoû - 6:17, édité 73 fois
Revenir en haut Aller en bas


CALL ME Erin McCarley
PlASTICS BEAUTIES
■ Messages : 794
■ Date d'inscription : 29/03/2011
■ Age : 24

What's inside ?
✖ Who are you ?:
✖ Danger's level:
3/5  (3/5)
MessageSujet: Re: Hallow || Appauvris, ok mais comme de l'uranium. Ven 12 Aoû - 23:27

Poussin. Poussin. Poussin. Ca me dit quelque chose ôo
Bienvenue et bon courage pour ta fiche ! Si tu as des questions ma boite est mp t'est ouverte o/
Désolée pour le code 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-rpg.forums-actifs.net/


CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Re: Hallow || Appauvris, ok mais comme de l'uranium. Sam 13 Aoû - 0:30

Erin ▬ S'moi qui valide les codes on a dit e_e

Bienvenue à toi ! Depuis le temps que Hallow est resté en standby...*APPLAUDIT LONGUEMENT ET CHAUDEMENT HALLOW*

Désolé pour le CAPSLOCK, mais flemme d'écrire tout à nouveau 8D
Revenir en haut Aller en bas


CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Re: Hallow || Appauvris, ok mais comme de l'uranium. Dim 14 Aoû - 17:55

Vous pouvez m'applaudir, oui vous pouvez, car je n'avais même pas vu qu'elle était demandée .w.
[Je suis une envoyée du ciel, en fait.]

Merci de votre accueil, ça me motive. \o/


FAUX EDIT :
Finit \o/
Je crois bien que c'est la première fois de ma vie que je finit si vite une fiche et que j'en suis satisfaite. .___.
Revenir en haut Aller en bas


CALL ME Erin McCarley
PlASTICS BEAUTIES
■ Messages : 794
■ Date d'inscription : 29/03/2011
■ Age : 24

What's inside ?
✖ Who are you ?:
✖ Danger's level:
3/5  (3/5)
MessageSujet: Re: Hallow || Appauvris, ok mais comme de l'uranium. Dim 14 Aoû - 18:22

Hello Hallow :3
Tu as bien cerné le personnage, je te félicite <3 Il y a quelques fautes d'inattention mais ce n'est pas bien grave. Je te confie c PP en espérant qu'il t'inspire encore looogtemps 8D Va, tu peux aller faire ton dossier :3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-rpg.forums-actifs.net/


CALL ME Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hallow || Appauvris, ok mais comme de l'uranium. Aujourd'hui à 23:09

Revenir en haut Aller en bas

Hallow || Appauvris, ok mais comme de l'uranium.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.T H E O T H E R S I D E :: « The Other Side - Hors Jeu » :: Corbeille :: Présentations & Dossiers-
Sauter vers: