THE INCREDIBLE STAFF
They will always be there for u♥
ERIN MCCARLEY ❦ FONDATRICE

AKA QUINN BAILEY & LUTHER SAWYER
Voir son profil ?  La contacter ?
JULIUS VON WOLKEN❦ FONDATEUR

AKA RIEN DU TOUT
Voir son profil ? Le contacter ?

AUSTER CAROLL ❦ ADMINISTRATRICE

AKA AMBROISE B. AGAPET
Voir son profil ? La contacter ?
JERELATH COHEN ❦ ADMINISTRATRICE

AKA CHRYSANDRE PETRAKIS
Voir son profil ? La contacter ?

Si vous avez une question, une suggestion ou quelconque autre problème vous pouvez envoyer un petit mp au Staff! Attention certains mordent ♥

© Design #6 par Erin McCarley, optimisé sous Firefox.
BACKGROUND
It's the end when I begin
Dans cet établissement pas de discrimination, tout le monde demeure sur un pied d’égalité : vampires, humains, loup-garous, succubes et autres créatures. Pour ce faire il est naturellement obligatoire de conserver une forme humaine. Marre du monde des humains où vous vous sentez à l’étroit, mal à l’aise ? Il vous manque simplement la liberté. Le pensionnat est là pour vous. Nous saurons vous trouver où que vous soyez et qui que vous soyez.Cependant derrière tout ces aspects d’égalité et de liberté les plans se trament et la tentation de hausser sa race en influence au sein de l’établissement apparaît. Les tensions montent secrètement et lentement entre les différents individus et l’odeur âpre de la confrontation entre celles-ci commence à ce faire sentir. Sous des airs angéliques vos voisins de table peuvent très bien vous haïr. Tout n’est que voile et mensonge. Maintenant à vous de faire votre entrée, qui que vous soyez, quoi que vous soyez. Continuerez vous le jeu malsain qui se joue dans l’établissement ou vous dresserez vous contre celui-ci en faisant éclater la vérité au grand jour ? Saurez vous passer « de l’autre coté » ?
DA NEWS & CIE
You know now
Nouveau DESIGN à commenter et à critiquer ici. Prédéfinis libres et rafraîchis ! Jetez y un oeil! Gazette est de retour ! Pour vous jouer DES mauvais tours, avec une montée de sadisme en prime ♥

N'oubliez pas de voter pour le forum !

the other side
BODIES WITHOUT SOULS, OR NOT
Have fun with them, if you can



Encore et toujours plus de prédéfinis ici !

Partagez|

Une journée aussi distrayante qu'ensoleillée... | PV Angeler |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Une journée aussi distrayante qu'ensoleillée... | PV Angeler | Jeu 1 Déc - 22:15

Décidément, cette journée allait être un semblant d'enfer pour Yunia, elle qui aimait la chaleur, là, c’était place au vent et a de la brume, ce qu’elle n’aimait pas trop. Maladroite comme elle est, elle allait surement tomber sur quelqu’un dans toute cette brume. Mais ça ne l’empêcha de sortir dehors et marcher tranquillement, comme chaque jour. Elle traversa le pensionnat qui lui était familier, ayant été habituée a vivre là, elle connaissait presque chaque recoins.

Elle arriva donc au lac, super, la brume avait gâché le peu de chance de se servir de son sens de l’orientation qui n’était pas fameux. Yunia se dis donc qu’elle pouvait profiter du lac -vu le peu ou voir aucune personnes était ici, un peu logique en ce jour de brume-, afin de marcher tranquillement, sans aucuns bruits, sauf ceux de l’eau bien sur.

Elle marcha le long du lac, shootant dans ce qu’elle trouvait, cannettes vides, parfois pleine mais après on pouvait entendre la demoiselle de plaindre de l’idiot qui avait oublié sa cannette pleine. Bref. Tout en marchant, elle vit quelques personnes qui avaient osé affronter la brume pour respirer, profiter de la journée, bien que la dernière cause fût en quelques sortes inexistantes, vu qu’il n’y avait pas de soleil. Yunia se dit que parfois les gens sont bizarre, très même pour certains.

Yunia continua à marcher le long du lac, ne faisant pas attention aux gens qui la regardait vu qu’elle ne profitait pas des faibles rayons de soleil qui avait osé se montrer. Avec son habituelle casque sur la tête, a s’en demander quand est-ce que elle l’enlevait. Il y avait pour une fois,-chose qui est bien rare pour Yunia-, du son, une musique, un peu électro qui passait au son des plus minimum, bien que le son était assez fort pour qu’elle n’entend personne, enfin presque. Au bout d’un moment, ayant cru entendre son nom, ou du moins son troisième prénom, Raito, elle s’arrêta et enleva son casque pour savoir si c’était vraiment ça. Elle entendit encore son prénom mais d’une voix un peu plus aigus. Recommençant a marcher, elle vit deux personnes qui se ressemblait comme le reflet de quelqu’un dans un miroir, c'est-à-dire que l’une des deux était tout le contraire de l’autre, il était facile d’y voir des filles, vu leurs trais qui était extrêmement bien formé pour toute personne qui était féminine. Mais elles étaient assez petites pour qu'on y voit encore les rondeurs que l'enfance laissait jusqu'à un moment de l'adolescence.

Elle les regarda de haut, normal vu qu’elles étaient sur un banc, debout. Comme toute bonne jeune fille qu’elle était, elle leurs dit :

-Vous savez qu’il y a des gens qui s’asseyent dessus ? Enfin bon, pourquoi vous criez le nom de Raito ?

Elle fit comme si elle ne s’appelait pas Raito, mais la cause de ça, elle se demandait comment et pourquoi elles étaient là à l’appeler. Quelques secondes après, elle se dit qu'elles ne l’appelaient peut-être pas. Raito était Light en anglais. Tout juste après elle entendit les filles rire puis sauter du banc quand l'une des jumelles lui dit:

-Ont appelaient la lumière, on voulait chasser cette brume !

Yunia ria un peu, face a cette bêtise, c’était très rare. Mais elle ria pas pour se moquer des deux petites filles, elle n'était pas méchante comme ça, du moins elle ne l'était plus. S'arrêtant de rire, elle leurs répondit:

-Mais comment vous connaissez ce mot a votre âge ? C'est de l'anglais.

Puis une réponse de l'autre jumelles arriva, ce qui créa une discutions. Plus tard, la mère des jumelles arriva et ordonna a ses filles de rentrer. Ce qui obligea a Yunia de faire passer le temps en marchant et en shootant dans des cannettes vides ou pleines pour quelques cas...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une journée aussi distrayante qu'ensoleillée... | PV Angeler | Sam 3 Déc - 20:26

Une journée de repos, hein? Ce n'est pas comme si c'était ce que j'attendais. Après tout, je prenais finalement réellement à coeur ma présence dans cet établissement. J'étais la pour former les jeunes a certaines valeurs, et je comptais réellement m'y tenir, en un sens. Bref, j'avais décidé de sortir prendre l'air. Après tout, autant profiter quand même, non? Après avoir pris un déjeuner simple et avoir pratiqué mon entrainement quotidien, je pris la première route qui se présentait a moi, et qui m'était, par la même occasion, visible. Je marchais donc, totalement perdu dans mes pensées. Cela faisait maintenant un long moment que j'étais arrivé, et aux yeux de certains, j'assurais ma place d'une main de maître. Je ne suis pas pour les racontars, je sais simplement ce qu'est la guerre. De devoir se battre pour sa survie. De se battre pour ce que l'on croit juste. Mais j'ai aussi vu sombrer trop d'hommes bons pour continuer à sombrer dans des chemins de haine et de destruction, ayant menés leur âmes a la désolation et à la noirceur des ténèbres de la guerre. pour ma part, je respecte la guerre comme un art. Un art dangereux, certes, mais un art malgré tout. Mon sabre, Wolf (étant donc un sabre d'1m50 environ, de couleur sombre et orné d'un loup d'argent) pendant à mon dos et tapotant sur ma tenue accompagnait le rythme de mes pas (en parlant de ma tenue, non, je n'ai pas froid, merci quand même d'y avoir pensé !). Je ne savais du coup pas vraiment vers quel endroit je me dirigeai mais après tout... la n'est pas le plaisir de "se promener" ?

Après quelques minutes de marche tranquille, je fus tiré de mes pensées quand mon pied finit sa marche dans une surface liquide et froide. Je compris donc que j'avais finalement atteint le lac. Alors que je m'étirais, après avoir retiré mon pied et reposé sur la terre ferme, je me rendis compte que d'autres présences, même peu nombreuses avaient elles aussi décidées de venir prendre l'air ici. Mais autre chose attira mon attention. Un groupe de jeune que je connaissais déjà. Ce genre de gamins qui n'ont que faire de ce que l'on peut leur dire et qui suivent les conneries qui leur viennent en permanence à l'esprit... Bref, je ne penses pas avoir à vous faire un dessin. J'analysai leur direction et me demandait bien ce qu'ils avaient en tête. J'entrepris alors de les suivre plutôt discrètement afin de le découvrir. Enfin, je me rendis compte qu'ils s'étaient arrêtés a proximité d'une jeune femme... ce qui eut pour réaction de m'arracher un soupir. Au vu de la réaction de cette dernière, je compris qu'ils n'étaient en rien ses amis. Alors qu'ils riaient et s'approchaient un peu trop près à mon gout (leur nombre de 5 étant décisif sur les chances de la jeune femme) je fis quelques pas vers eux, sortant de la sûreté que m'offrait l'arbre qui me servait d'abri. Je posais alors la main sur l'épaule du premier, lui apportant un coup de pied retourné qui l'envoya à la rencontre de l'arbre cité il y à peu.

-Il me semble vous avoir déjà prévenu sur les risques auxquels vous vous exposez en continuant d'ignorer mes avertissements, non....?

L'un d'eux sortit un canif de sa poche, l'autre une machette et les deux derniers affichèrent un sourire avant de sortir respectueusement une matraque et un poing américain. Ceci eu le don de m'arracher un nouveau soupir. Soupir, qui, au passage, me poussa a déployer un nouveau coup de pied sur la main tenant le poing américain, qui, alla donc directement se figer dans le menton de son propriétaire pour lui offrir un magnifique salto arrière et lui faire rejoindre, comme son ami, le pays des rêves. Ils n'étaient donc plus que trois. La jeune femme se trouvait à distance assez respectable pour me permettre de ne pas avoir à retenir mes coups. Celui armé d'une matraque chargea, suivi de peu du canif. Il me suffit de parer le coup de matraque à l'aide de mon avant bras gauche pour retourner le canif du suivant dans le bras de celui-ci, ce qui eut pour avantage de le faire reculer afin qui ne finisse sa course, après un balayage parfaitement calculé, la gueule contre l'herbe humide du sol. Le propriétaire du canif, qui avait lâché son arme, me permettant sa récupération, recula d'un pas, se prenant directement après un direct au niveau de son plexus qui suffit à le projeter dans l'eau glacée du lac, non loin. Le dernier, me regardait avec un air d'ahuri, ce qui m'arracha un petit rire amusé, alors que je lui rappelait une partie du règlement de l'établissement :

-Dis moi, les armes telles que celle que tu as en main, ne sont pas interdites à l'utilisation au sein de cette école?

Il recula d'un pas et lâcha son arme, comprenant son erreur. Pardon, ses erreurs. Premièrement, il avait voulu s'en prendre à une femme seule. Deuxièmement, il avait sorti son arme face au meilleur membres du corps "enseignant" dans la matière de mener un combat (même si celui-ci ne fait pas directement partie du corps enseignant, que cela soit dit !) et pour finir, il as tout bonnement compris trop tard, qu'il venait de se condamner lui aussi à recevoir sa raclée. Il finit donc par, comme je m'y attendait, commencer à fuir. le canif vins donc se planter au niveau de sa jambe, freinant sa course. Il me regardait, ne trahissant pas la douleur qu'il ressentait alors que je m'étais lassé de ces idioties. Je lui fis signe de ne pas oublier ses "camarades" alors qu'il tentait rapidement d'en réveiller le maximum et porter les dernier pour détaller avec eux. La scène la étaient... presque aussi rapide que la scène qui précédait. En somme, le tout se passa assez rapidement. Une fois le "terrain dégagé", un nouveau soupir traversa mes lèvres pendant que je m'approchait de la jeune femme.

-ça ira?

Je la regardais dans les yeux, l'air presque impassif. Mais mon regard trahissait bien la tristesse suivant les actes que j'avait été obligé d'accomplir ainsi que mon inquiétude, simple mais sincère. un moment sembla se passer avant que ma question ne puisse recevoir une réponse, qu'elle soit simple, gestuelle ou vocale....

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une journée aussi distrayante qu'ensoleillée... | PV Angeler | Sam 17 Déc - 20:34

La jeune fille regarda le spectacle qui se passa devant elle sans rien dire. En vérité, elle n’avait pas eu le temps de réagir, elle comptait bien mettre les hommes impolis à terre, à sa façon du moins. Mais apparemment, une des rares personnes du pensionnat était venue s’en charger a sa place, alors que les autres l’auraient laissée se faire agresser.

A première vu, cette personne était jeune, en même temps Yunia n’avait encore jamais vu de personnes a l’apparence disons… Vielle. Même les professeurs étaient jeunes. Aussi, rare était les humains présents au sein de cette école, mis a part les humains qui on développer des pouvoirs.

Enfin bon. Yunia détaillait la personne qui l’avait tiré d’une mauvaise situation, enfin le « jeune » homme. Il portait des yeux jaune/or qui s’accordait a merveille avec ses cheveux noir et les quelques mèches blanches qui mettait un peu plus de lumière a coté de cette couleur sombre. En même temps ces deux couleurs vont avec tout. Après avoir fini d’étudier le style et l’apparence de cet homme et de remettre ses esprits en place suite à l’agression ratée, elle entendit :

-Ça ira ?

Elle regarda le jeune homme dans les yeux et elle vit que se dernier avais un air triste. Elle le regarda pendant un moment sans comprendre, encore un peu sous le choque. Puis secouant la tête et se tapant le front, elle répondit :

-Oh euh… Oui je crois. Merci de m’avoir aidé. Et vous vous allez bien ? Vous n’êtes pas blessé ?

Malgré son visage qui montrait qu’il y avait un petit air de froid, il fallait bien qu’elle se préoccupe un peu de la personne qui l’avait aidée alors qu’elle n’avait rien demandé. Poussant un soupir tout en fermant les yeux et attendant une réponse, elle essayait de mettre ses idées au clair et de reprendre un air froid mais tout en essayant de ne rien montrer, enfin elle voulait avoir ce petit son glacial qui était toujours là quand elle prononçait un mot, pas comme là. Ré-ouvrant les yeux, elle réussit a retrouvé son air habituel, celui qu’elle sortait toujours quand elle rencontrait une nouvelle personne ou bien qu’elle était au pensionnat tout simplement.

Elle posa un nouveau regard a la personne qui se tenait devant elle, attendant toujours une réponse depuis quelques secondes seulement…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


CALL ME Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une journée aussi distrayante qu'ensoleillée... | PV Angeler | Aujourd'hui à 1:11

Revenir en haut Aller en bas

Une journée aussi distrayante qu'ensoleillée... | PV Angeler |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.T H E O T H E R S I D E :: « The Other Side - Hors Jeu » :: Corbeille :: Anciens RP-
Sauter vers: