THE INCREDIBLE STAFF
They will always be there for u♥
ERIN MCCARLEY ❦ FONDATRICE

AKA QUINN BAILEY & LUTHER SAWYER
Voir son profil ?  La contacter ?
JULIUS VON WOLKEN❦ FONDATEUR

AKA RIEN DU TOUT
Voir son profil ? Le contacter ?

AUSTER CAROLL ❦ ADMINISTRATRICE

AKA AMBROISE B. AGAPET
Voir son profil ? La contacter ?
JERELATH COHEN ❦ ADMINISTRATRICE

AKA CHRYSANDRE PETRAKIS
Voir son profil ? La contacter ?

Si vous avez une question, une suggestion ou quelconque autre problème vous pouvez envoyer un petit mp au Staff! Attention certains mordent ♥

© Design #6 par Erin McCarley, optimisé sous Firefox.
BACKGROUND
It's the end when I begin
Dans cet établissement pas de discrimination, tout le monde demeure sur un pied d’égalité : vampires, humains, loup-garous, succubes et autres créatures. Pour ce faire il est naturellement obligatoire de conserver une forme humaine. Marre du monde des humains où vous vous sentez à l’étroit, mal à l’aise ? Il vous manque simplement la liberté. Le pensionnat est là pour vous. Nous saurons vous trouver où que vous soyez et qui que vous soyez.Cependant derrière tout ces aspects d’égalité et de liberté les plans se trament et la tentation de hausser sa race en influence au sein de l’établissement apparaît. Les tensions montent secrètement et lentement entre les différents individus et l’odeur âpre de la confrontation entre celles-ci commence à ce faire sentir. Sous des airs angéliques vos voisins de table peuvent très bien vous haïr. Tout n’est que voile et mensonge. Maintenant à vous de faire votre entrée, qui que vous soyez, quoi que vous soyez. Continuerez vous le jeu malsain qui se joue dans l’établissement ou vous dresserez vous contre celui-ci en faisant éclater la vérité au grand jour ? Saurez vous passer « de l’autre coté » ?
DA NEWS & CIE
You know now
Nouveau DESIGN à commenter et à critiquer ici. Prédéfinis libres et rafraîchis ! Jetez y un oeil! Gazette est de retour ! Pour vous jouer DES mauvais tours, avec une montée de sadisme en prime ♥

N'oubliez pas de voter pour le forum !

the other side
BODIES WITHOUT SOULS, OR NOT
Have fun with them, if you can



Encore et toujours plus de prédéfinis ici !

Partagez|

Tes faiblesses sont mon petit déjeuner ♥ || Warren ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
CALL ME Camille J. Blossom
DO IT IF WE SAY IT
■ Messages : 44
■ Date d'inscription : 01/06/2011
■ Age : 25

What's inside ?
✖ Who are you ?:
✖ Danger's level:
4/5  (4/5)
MessageSujet: Tes faiblesses sont mon petit déjeuner ♥ || Warren || Jeu 16 Juin - 0:34




Déchire, mord, dévore. Lèche, goûte, et ricane dans des airs lubriques et fourbes. Serpent de minuit, reptile réjoui. Tu tentes, tu caresses, et sur les ailes de ton délicieux plaisir, tu savoures la chair de la pauvresse. Soupir excitant et gémissement douloureux que la vérité même qui s’affiche dans l’esprit de la demoiselle, mais il est trop tard. La voilà, si délectable entre tes mains sinueuses et dansantes. Son sang gicle dans une danse étourdissante jusqu’à tes yeux envieux. Tu as faim, tu chantonnes, tu murmures, tu soupires d’excitation. A toi, la viande doucereuse éveillant tes papilles intoxiquées par cette odeur alléchante. Impatience, sauvagerie, tout dans un simple sifflement de ta part. La mort arrive, sous la forme de la perfection, à ses yeux horrifiés. Délicieuse, capricieuse, merveilleuse. Je t’aime, chair de tes ancêtres, sang goulu de mon être. De mes griffes étincelantes je pétris et j’évalue ton goût, ta texture, mais je ne me trompe jamais au premier regard. Tu es belle, savoureuse et bien garnie, dans ta nudité enfantine, innocence même qui m’attire tant chez les humaines. Gémissement d’extase de ta part, ses crocs arrachent les lambeaux de ton dos, partie grasse et des plus alléchantes pour ton cas. Tu ne dis rien, à quoi bon ? Tu voudrais hurler, pourtant rien ne sort, n’est-ce pas ? Sifflement saurien, avenir déjà tracé. Te voilà bien accablée, par ton attirance pour le reptilien. Souvenir inavouable d’une nuit sans lune, mémoire bien courte du bonheur des dunes. De ses lèvres il ne t’embrasse plus, il te dévore, et dans ses soupirs de joie et d’euphorie, le voilà jouant, dansant, riant de tant de saveurs, de ton pauvre cœur battant dans sa main rougeâtre, si bien assemblée au carmin de ses yeux merveilleusement…horrifiants.

Noir immoral que la vengeance d’un dieu bien inexistant.


J’ai toujours adoré la chair humaine, pas vous ? Il y a dans ses connotations d’interdit, une certaine fierté que l’on subi. Ils se croient forts, ils se croient beaux, mais ne sont que songe et mensonge dans nos mains avides. J’aime ce sentiment ; l’insouciance. Ils ne savent pas, ne savent plus notre existence, préférant se mentir pour ne plus se ternir de honte et de dépravation. De qui ? De quoi ? D’où ? Ils sont si méprisables et si fascinants à la fois. Chacun est unique, chacun est laid dans sa noirceur étourdissante et boueuse, à en vomir. C’est ce qui fait l’unicité de cette chair ; pourrie jusqu’à la moelle, sans saveur sauf celle salée de l’amertume et des pleurs. Elle est parfaite, délicieuse et tragique. L’on ne peut s’en détacher, après l’avoir goûter. C’est une drogue, pire que la luxure, pire que la poudre, pire que tout ce que vous avez pu essayer. Le pire ? On ne peut en mourir.

La nature humaine est si exquise ♥.


Je m’égare. D’un geste de la main, j’éteins le vieux lecteur de disques, chantonnant avec gourmandise, assis sur mon bureau, l’air de Siempre Libera, comblée de la douce voix de Maria Callas, si délectable dans sa robe de velours pourpre, dans son rouge à lèvre carmin, dans ses souliers noirs comme la nuit. Beauté même de la race humaine. Je t’aime, Maria ♥.
D’un pas dansant, me voilà me promenant entre les couloirs à peine éclairés de l’établissement. L’écho de mes pas brise le vieux silence poussiéreux de début de matinée. Il est tôt, il n’y a personne, sauf moi, sauf nous ♥. Jouissement cocasse traduit par un sifflement impatient, rampant avidement sur les murs pour lécher de sa langue fourchue les quelques rayons de lumière du soleil levant. Avaler goulument, boule de feu de mon hiver, savourer rapidement, luminosité éphémère.

Voilà bien quelques jours que je n’avais pas embêté mon cher infirmier. Il était si intéressant d’observer ses émotions qu’il cachait la plupart du temps derrière un sourire hypocrite, mais ses yeux et ses manières en disaient plus long sur ses sentiments et ses pensées que la plus humble mimique faciale. Ne le prends pas mal Warren, c’est ce qui fait de toi cet être faible et si délicieux à observer ♥. Ma langue lécha lentement et vicieusement ma lèvre supérieure, tandis que mes yeux pourpres s’illuminant légèrement dans ce petit bout de matinée naissante, fixaient d’un air envieux la lumière s’écoulant de la porte entrouverte de l’infirmerie. La mélodie de Siempre Libera s’éteignit dans un soupir silencieux, tandis que je souriais, mes lèvres esquissant cette grimace malsaine quelque peu effrayante sur mon visage. Pas ma faute si je me suis ancré dans la peau d’un psychopathe ♥. D’un pas purement reptilien, dans cette agilité de saurien inavouée, je me suis glissé dans l’entrebâillement, sans un bruit pour fixer le dos du jeune homme, très amusé de la situation.

Je me suis rapproché, ne brisant guère le silence, pour m’arrêter à quelques centimètres de son dos. Hey Warren, salut ça va ? Oui, je viens encore te faire des avances et voir un peu plus tes faiblesses pour tenter de mieux t’humilier, content de me revoir ? Moi aussi ♥. Une phrase dans un souffle, caresse violente du vent à son oreille. Non je n’ai pas parlé, mais mon geste veut tout dire ♥. D’un pas dansant je me suis reculé, pour m’asseoir sur le bureau, brisant le silence dans un sifflement amusé.

« Il est touchant de te voir travailler de si bon matin, à moins que tu ne te masturbes avec tes outils. Ce qui pourrait bien être le cas, vu tes innombrables faiblesses, non ? »

Langoureuse phrase sucrée, saupoudrée d’un miel d’une délicieuse qualité, hypnotique et reptilienne, d’une voix grave et tendre, la voilà soufflée. J’aimerais voir ta réaction, mon cher Warren. Autre que ton hypocrisie. Je veux savourer ta douce colère, tout ce qui te compose et m’attire, te titiller, te faire subir, la torture que tu m’infliges sans le savoir, par ton odeur alléchante, pire que celle d’une succube. Montres-moi cet œil, mon ami, pour te voir démuni peut-être ? Le seras-tu ? Je t’aimerais tant dans ton monde noir et blanc ♥. Je te dévorerais vivant, si je le pouvais seulement. Nouvelle tentative, il n’y a pas d’échecs pour moi, juste des continuations, des renouvellements et des péripéties. Mes aventures en ta compagnie, sont bien longues, tu sais ? ♥. Oh, j’adorerai voir ton visage baigné de larmes, ou bien paniqué, rougi, et même offensé. Fais-moi plaisir, juste une fois mon ami, car je ne peux vivre sans ta compagnie.

Moteur, action ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tes faiblesses sont mon petit déjeuner ♥ || Warren ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.T H E O T H E R S I D E :: Infirmerie-
Sauter vers: