THE INCREDIBLE STAFF
They will always be there for u♥
ERIN MCCARLEY ❦ FONDATRICE

AKA QUINN BAILEY & LUTHER SAWYER
Voir son profil ?  La contacter ?
JULIUS VON WOLKEN❦ FONDATEUR

AKA RIEN DU TOUT
Voir son profil ? Le contacter ?

AUSTER CAROLL ❦ ADMINISTRATRICE

AKA AMBROISE B. AGAPET
Voir son profil ? La contacter ?
JERELATH COHEN ❦ ADMINISTRATRICE

AKA CHRYSANDRE PETRAKIS
Voir son profil ? La contacter ?

Si vous avez une question, une suggestion ou quelconque autre problème vous pouvez envoyer un petit mp au Staff! Attention certains mordent ♥

© Design #6 par Erin McCarley, optimisé sous Firefox.
BACKGROUND
It's the end when I begin
Dans cet établissement pas de discrimination, tout le monde demeure sur un pied d’égalité : vampires, humains, loup-garous, succubes et autres créatures. Pour ce faire il est naturellement obligatoire de conserver une forme humaine. Marre du monde des humains où vous vous sentez à l’étroit, mal à l’aise ? Il vous manque simplement la liberté. Le pensionnat est là pour vous. Nous saurons vous trouver où que vous soyez et qui que vous soyez.Cependant derrière tout ces aspects d’égalité et de liberté les plans se trament et la tentation de hausser sa race en influence au sein de l’établissement apparaît. Les tensions montent secrètement et lentement entre les différents individus et l’odeur âpre de la confrontation entre celles-ci commence à ce faire sentir. Sous des airs angéliques vos voisins de table peuvent très bien vous haïr. Tout n’est que voile et mensonge. Maintenant à vous de faire votre entrée, qui que vous soyez, quoi que vous soyez. Continuerez vous le jeu malsain qui se joue dans l’établissement ou vous dresserez vous contre celui-ci en faisant éclater la vérité au grand jour ? Saurez vous passer « de l’autre coté » ?
DA NEWS & CIE
You know now
Nouveau DESIGN à commenter et à critiquer ici. Prédéfinis libres et rafraîchis ! Jetez y un oeil! Gazette est de retour ! Pour vous jouer DES mauvais tours, avec une montée de sadisme en prime ♥

N'oubliez pas de voter pour le forum !

the other side
BODIES WITHOUT SOULS, OR NOT
Have fun with them, if you can



Encore et toujours plus de prédéfinis ici !

Partagez|

Libre - Don't wanna hear those words tonite.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Libre - Don't wanna hear those words tonite. Mar 2 Aoû - 20:57

Peu de temps s'était écoulé depuis l'arrivée d'Elias Declan. Ce nouvel élève plutôt renfermé sur lui-même, qui passe à côté de vous sans daigner vous offrir un regard, ne serait-ce que très bref. Pourtant, quelques personnes semblaient s'être intéressées à lui, dont de nombreuses filles. Il faut avouer qu'il n'était pas laid, et qu'il se défendait bien, il avait ce petit charme que l'on décèle en un regard, et qui donne envie de le connaître un peu mieux. Malheureusement, lui n'était pas du même avis, et se braquait bien vite lorsque, à son goût, les gens devenaient trop familier avec sa personne. Enfin, il avait tout de même réussi à se faire sa petite place en ces quelques jours passés au sein de cet établissement, c'est pourquoi, bien vite, il se retrouva "invité" à une petite après-midi à la piscine. Il n'avait pas souhaité refuser, ç'aurait été mal poli pour un nouveau venu de refuser l'hospitalité de personnes qui vous accueillent à bras ouverts. Seulement, il s'était mit en tête de ne même pas tremper un de ses coussinets. Il resterait au bord pour discuter avec des personnes, qui comme lui, ne souhaitaient pas vraiment nager... Du moins, il espérait qu'il y en aie. Il passa même les jours suivants à se demander ce qu'il ferait s'il ne pouvait pas échapper à la piscine... Ça peut vous paraître idiot, mais Elias étant un neko, il a un réel mal avec l'eau. Non, pas les douches et les bains, plutôt les vastes bassins où il n'a pas pied, et où il est totalement immergé et entouré par l'eau. Cette vue de son être plongé dans un liquide si limpide et pourtant si dangereux que l'eau le rendait malade, il en avait même quelques frissons. En cours même, il y songea, triturant son matériel ou ses cheveux, la tête en l'air. Il se fit rappeler à l'ordre quelques fois alors qu'il semblait rêvasser au fond de la classe, anxieux.

Le jour J, il était plus que nerveux. Un peu comme s'il allait passer un examen qui déterminerait son avenir, alors qu'il n'en était rien. Il était dans sa chambre, en train de préparer ses affaires. Il prit tout ce qui lui semblait logique, car n'ayant jamais mis une patte à la piscine, Elias ne se doutait pas vraiment du matériel dont il fallait se fournir. Un drap, un maillot, et le tour était joué. Il ne songea pas à chercher des lunettes ou un pince-nez, puisqu'il n'irait pas dans l'eau. Têtu, il était bien décidé à rester au sec aujourd'hui, quoi qu'il doive faire pour cela. Bientôt, il rejoignit le petit groupe pour se rendre au gymnase, et donc à la piscine. Au fur et à mesure qu'il avançait dans les couloirs, la boule dans son ventre se resserrait et l’oppressait. Sa respiration en devenait même difficile et saccadée. Il pouvait déjà sentir l'odeur du chlore et autres produits baignant dans l'eau de la piscine, ses sens décuplés lui permettant de sentir beaucoup mieux qu'un homme. Parfois, c'était bien plus un fardeau qu'un cadeau du ciel, et il maudissait son créateur... C'est à dire son père qu'il n'avait jamais aperçu, et dont il n'avait jamais eu de nouvelles. Il sortit bien vite de ses pensées, trouvant que l'atmosphère se faisait bien trop lourde pour lui. Il sentait une étrange lourdeur se poser sur ses épaules et le poussant vers le bas. Aussi, il ne tarda pas à s'arrêter et à faire demi-tour, prétextant qu'il avait oublié quelque chose dans sa chambre, bien qu'il n'en soit rien. Il accéléra le pas et se retrouva bien vite dehors, ou, dans une grande inspiration, il emplit ses poumons d'air frais, la nœud de son bas-ventre se déliant. Il ne pouvait pas y retourner... Il ne pouvait pas non plus faire marche-arrière.

Bien sûr, la fierté l'emportant, le jeune chat retourna vers l'intérieur du bâtiment d'une démarche déterminée. Il traversa les couloirs en vitesse et se rendit aux cabines pour se changer. Il posa son sac sur la petite tablette qu'il fallait déployer avant usage, et ouvrit la fermeture pour en sortir le maillot. Ha, ce qu'il pouvait détester cette chose qui moulait tout, mais malheureusement, elle était obligatoire. Les maillots-shorts étaient interdit dans les piscines publiques. Soupirant et tentant de se détendre, il se dévêtit et enfila le léger tissu bleu marine. Il se sentait complètement nu, et il détestait cela plus que n'importe quoi d'autre. Elias aurait certainement préféré un costume ridicule à cet accoutrement de natation. Attrapant sa serviette et son sac qui contenait ses vêtements, il alla les placer dans un casier et noua le bracelet munit de la clef à son poignet. Il était prêt, physiquement, mais certainement pas mentalement. Il s’avança dans les couloirs, et ne passa même pas sous la douche, se contentant de tremper ses pieds dans le petit bassin juste à l'entrée des deux bassins. Un petit, et un beaucoup plus colossal. Limite, il se disait qu'il pourrait presque aller dans le petit pour faire bien, et montrer qu'il n'avait pas peur de l'eau... Mais en y réfléchissant, cela lui sembla bien plus pathétique qu'héroïque. Grognant sourdement, il rejoignit le bord qui surplombait le bassin et s'y installa, s'asseyant bien entendu sur son drap pour ne pas entrer en contact avec le carrelage froid de l'endroit. Les autres étaient déjà dans l'eau à s'arroser, plonger, rigoler. Il soupira, faisant la moue. Même sans les oreilles, on pouvait percevoir ses attitudes et mimiques félines qui le rendaient si mignon.

Cependant, quelques goûtes se posant sur sa peau brisèrent totalement sa petite bulle, la réalité se faisant si violente quand il s'y attendait le moins. Les autres s'étaient amusé à l'arroser, lui demandant pourquoi il ne venait, s'il était si couillon qu'il n'osait pas venir, et bien d'autres choses encore. Il se contenta de les ignorer et détourna le regard vers les grandes vitres, qui donnaient sur de la verdure. Il s'attarda sur un chat qui passait par là, ayant un petit sourire en le voyant rôder autour de l'école. Lui aussi aurait aimé être un chat à part entière... Même un humain à part entière, et non pas un bâtard entre les deux. Perdu dans ses pensées, il ne vit pas le coup arriver. Un idiot, s'étant aidé d'une petite blanche molle, vint lui balancer quantité d'eau au visage. Le chat se leva sur le champs, furieux, les poils hérissés. Un frisson de dégoût et d'horreur remonta le long de son échine, lui donnant la chaire de poule comme jamais personne ne l'avait eut. Les larmes lui montèrent au yeux et il repoussa le criminel, s'en allant en trottinant vers les vestiaires. Il repassa par le rince-pied, les douches, mais par malheur, il eut la maladresse de glisser sur une savonnette posée au sol. Il fit toutes les postures que l'on pouvait aujourd'hui trouver dans le livre le plus renseigné sur le kama-sutra, tentant avec hargne de se rattraper à ce qu'il pouvait. C'était ridicule, et à la fois tordant. Finalement, tout se stabilisa, alors qu'il s'était accroché à quelque chose de plutôt étrange, il ne pouvait le reconnaître qu'avec les mains, c'est pourquoi il releva les yeux vers la "chose" en question. Il tomba nez à nez avec une partie du corps plutôt intime et... Plutôt nue. Elias venait de priver une personne de son maillot, en cherchant à se rattraper pour éviter de se manger le sol. Ses oreilles et sa queue ne tardèrent pas à faire leur apparition, le mettant dans un état de malaise total.
Revenir en haut Aller en bas


CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Re: Libre - Don't wanna hear those words tonite. Jeu 4 Aoû - 8:20



Un ciel d'une couleur azur unie. Un soleil brillant de tous ses éclats. Une belle journée, en somme. C'est par ce temps si radieux que Jake décida d'aller faire un séjour à la piscine. La chaleur de ce jour ensoleillé n'était pas assez pour lui, la lourdeur moite de l'atmosphère dans le bassin principal était tout à fait satisfaisante, à son goût. C'est donc une serviette dans une main, son maillot dans l'autre qu'il marcha d'un pas décidé vers son paradis exotique. En arrivant à l'entrée, le gardien le regarda d'un œil sévère en lui rappelant de ne pas aller dans l'eau, même à la demande générale, sinon il ne serait plus autoriser à entrer. Ces recommandations et ces accusations étaient purement fondées. Sa dernière visite s'était transformée en cauchemar quand, une fois dans l'eau, sa chaleur corporelle bien au-dessus de la moyenne se mit à faire bouillir l'eau du bassin, la transformant en jacuzzi, avant de la faire s'évaporer, pour tout transformer en spa. Les cris de peur, d'indignation et de douleur fusèrent en un instant et il fut obligé de sortir de l'eau, de présenter ses excuses aux baigneurs et au personnel gérant, tandis qu'on lui interdisait de revenir pendant un mois. Il s'y tint à la lettre, et, le mois passé, refit surface dans son lieu idyllique. La piscine étant l'occupation quotidienne de Jake, il dut s'habituer à recevoir des avertissements, à tout bout de champ, avec un contrôle et un sang-froid hors-normes.

En cette belle journée, Jake se faufila discrètement dans les couloirs, pris possession d'une cabine pour se changer et enfiler son maillot, et chercha un casier libre. Nouant tranquillement le bracelet autour de son poignet, il se dirigea vers les douches et en prit une glacée, pour refroidir ses ardeurs et surtout, la chaleur de son corps. Avec sa serviette un un chronomètre, il partit en direction des bassins et installa son drap de bain sur le carrelage. Il se coucha dessus, ferma les yeux et alluma son chrono. La lourdeur de l'air l'emmenait au Nirvana et au Valhalla, tandis que les minutes passaient et que son esprit s'embrumait par le sommeil. Un léger bip le fit sortir de sa torpeur, l'obligeant à aller de nouveau vers les vestiaires pour reprendre une douche. Pourquoi faire tout cela ? Car même si Jake n'allait pas dans l'eau, sa chaleur avait tendance à s'évacuer librement et à plomber l'atmosphère, déclenchant moultes plaintes des nageurs. Le' jeune homme se voyait donc obligé à prendre des douches froides voire glacées toutes les 20 minutes, pour éviter l’exile et l'exclusion définitifs.

C'est ainsi que pour la troisième fois, il dut aller prendre un douche et fit une rencontre des plus.. Inattendues. Alors qu'il revenait des vestiaires et allait passer dans le mini-bassin disponible pour se rincer les pieds, que Jake vit un jeune homme à l'air colérique glisser sur un savon qui traînait là et emporter dans sa chute maladroite son.. Maillot de bain. Visiblement très embarrassé, une queue et deux oreilles de chat firent irruption sur le malheureux à terre. Avec un contrôle qui dépassait les limites du raisonnable et un sang-froid plus qu'effrayant, Jake se baissa pour remettre le peu de tissu qu'était son maillot bien en place et lorgner le neko, toujours affalé sur le sol humide des douches, avec un regard qui en disait long sur son humeur. Très affecté, il prit son assaillant par la peau du cou avec un calme morbide et l'emmena faire un plongeon, le lâchant dans l'eau du plus grand bassin. Se délectant de la vue de ce chaton affolé au toucher du liquide limpide, il parla de sa voix tonnante et grave, avec un ton que l'on pourrait traduire de sarcastique.

Quand on ne supporte pas l'eau, on ne fait pas le malin à venir dans une piscine. Et surtout, on lit les règles de sécurité : on ne court pas. C'est pour éviter ce genre de glissade malencontreuse..

Puis, avec une moue écœurée, il s'en alla vers sa serviette, laissant le jeune neko se débattre, crachoter et galérer à remonter sur le bord. Il espérait bien que cette histoire n'irait pas plus loin et s'endormit nonchalamment, couché sur le dos, paisible.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Re: Libre - Don't wanna hear those words tonite. Jeu 4 Aoû - 22:00

Là, assit devant deux cuisses lui semblant plutôt masculines, Elias n'osait plus bouger. Malgré la gêne, il ne réussit même pas à détourner les yeux de ce qu'il voyait. Ce n'est pas que la vue le surprenait, c'est juste qu'il était pétrifié de honte, de surprise. Sa queue battait l'air, frappant le sol à chaque allé-retour qu'elle faisait. À vrai dire, il avait peur de lever les yeux et de pouvoir lire de la colère sur le visage du propriétaire de... Cette entre-jambe. Elias redoutait de recevoir un coup, et lorsque celui-ci se baissa, il eu un mouvement de recul plutôt vif, avant de remarquer que c'était seulement pour remettre son maillot. Il espéra du plus profond de son être qu'il allait faire demi-tour et s'en aller, mais malheureusement, une main vint se saisir de sa nuque pour le forcer à se lever. Tel un chat, il rentra les épaules et sa queue prit place entre ses jambes, lâchant des feulements comme le ferait un de ses confrères. Elias était plutôt léger, et sa force était minime lorsqu'il perdait ses moyens, c'est pourquoi il n'eut pas vraiment l'opportunité de se débattre lorsque le garçon l'emmena vers l'eau. Aussi, il y atterrit, un couinement s'échappant d'entre ses lèvres, avant qu'il ne disparaisse sous la surface. Malheureusement pour lui, il avait été balancé bien trop loin du bord que pour pouvoir s'y rattraper de suite. Le chaton se débattit dans le liquide limpide pour pouvoir rejoindre la surface et prendre une grande inspiration, pupilles dilatées et yeux grands ouverts. Il lui fallut un certain temps pour rejoindre le bord et s'agripper à l'échelle. On aurait vraiment dit un chat qu'on met dans le bain et qui en ressort en s'aggripant à tout, que ce soit les bords de la baignoire, le rideau ou vos bras. Maintenant hors de l'eau et perché sur les échelons, il tentait de calmer sa respiration qui s'était fait bien trop vive, sa cage thoracique faisant des vas-et-viens véloces. Tout se calmant enfin, il remonta alors sur le bord, des regards tournés au paravent vers lui se tournant prestement vers ailleurs, tous mal à l'aise. Génial, à présent il passait pour un demeuré schizophrène et bipolaire. Les oreilles plaquées contre ses cheveux châtains, il chercha où avait bien pu s'en aller ce gars, jusqu'à ce qu'il le trouve allongé là, sur les rebords surplombant les deux bassins.

Sa queue battant dans son dos, il gronda et s'avança vers le garçon posé paisiblement sur sa serviette... Rassurez-vous, il n'allait pas rester tranquille bien longtemps. Oui, Elias faisait partie de ces gens qui ne supportaient pas que l'on vienne percer leur bulle en s'y imposant sans demander. Le garçon, en le jetant dans l'eau, avait commit une erreur grave. En plus d'avoir peur de l'eau, il s'était ridiculisé, alors que c'était exactement ce qu'il voulait éviter. Son but précis en venant à la piscine avait été de ne PAS se mouiller, même pas un petit peu, et voilà que maintenant il était trempé jusqu'aux os. Ses yeux verts scrutant l'inconnu de loin, il s'approchait d'un pas décidé vers lui, et, profitant du fait qu'il avait les clos, il grimpa agilement sur le bord et vint s'installer sur lui, une jambe de part et d'autre de son corps, ses mains griffues se posant avec brutalité sur son torse, le griffant même légèrement par négligence. Les oreilles baissées, les crocs dehors, il se montra menaçant et acerbe, près à réagir à ce que ferait le garçon. Il paraissait plutôt jeune d'ailleurs, sa crinière tirait sur le brun, et ses yeux avait la couleur du feu. Son corps lui aussi, semblait d'ailleurs étrangement chaud, et sa peau, mise à part l'eau que venait d'y mettre Elias en "l'accostant", était totalement sèche, comme s'il n'avait jamais prit de douche. Perplexe, il tenta de ne pas se laisser déstabiliser. À vrai dire, malgré ses sens décuplés, il ne ressentait aucune odeur spécifique chez lui, qui pourrait lui permettre de connaître sa race. Les sirènes, les vampires et tout ça, avaient une odeur bien à eux. Ici, mise à part une chaleur étrange, il n'y avait strictement rien. Enfin, le chat se décida à prendre la parole, toutes griffes sorties sur la peau lascive du garçon, prête à s'y glisser à la moindre riposte.

~ T'es vraiment un connard! Je ne fais pas le malin, de quel droit tu te permets de juger ce que je fais ou non? On m'a invité, je ne suis pas venu de mon plein gré moi.


Impulsif et mordant, il ne pu s'empêcher de saisir son cou d'une main, ses griffes martyrisant sa peau à chaque contact ou effleurement. Les oreilles baissées et l'air particulièrement menaçant, les poils de sa queue hérissés et trempés vinrent se plaquer sur le visage de l'adolescent, pour l'emmerder comme il se devait. Mmh une grosse touffe de poils bien trempée dans le visage. Bien entendu, il l'y laissa trainer et enfin la retira, celle-ci retournant vaguer dans son dos, apparaissant derrière une épaule pour ensuite apparaître derrière l'autre, montrant son énervement. Il avait très peu de patiente et pouvait se montrer très susceptible, ainsi, il avait prit cela comme une atteinte à sa personne.

~ T'es vexé que j'aie baissé ton maillot? Et bien je peux te rassurer, il n'y avait strictement rien à voir.

Il sourit en coin, dévoilant ses petits crocs qui se glissaient par dessus ses lèvres fines à la moindre occasion. Donnant une petite impulsion sur son cou pour le surprendre, il finit par se lever comme pour s'en aller, un petit ricanement se faisant entendre.
Revenir en haut Aller en bas


CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Re: Libre - Don't wanna hear those words tonite. Lun 15 Aoû - 12:46



Jake commençait tout doucement à s'endormir, écoutant les crachotements et les miaulements de détresse du poisson-chat. Un léger sourire sardonique effleura ses lèvres, quand les feulements du matou atteignirent leur paroxysme. Puis, sur ces entrefaites, ses pensées s'envolèrent vers un autre monde. Un monde qu'il voulait meilleur, un monde où il pourrait voler dans les airs sans soucis et où il ne serait pas interdit de se nourrir d'humains. Son esprit voguait sur les roulements des vagues de son paradis, imaginant toutes sortes de choses, mais au détour d'un croisement, il emprunte par mégarde la mauvaise direction et se retrouve noyé dans des flots de souvenirs. Hurlements. Sang. Peur. Meurtres. Tout ne décrivait que violence et trahison. Son sommeil devint alors agité, la réalité se mélangeait à ses élucubrations de Morphée. Soudain, il sentit quelque chose sur lui, qui l'obligea à s'éveiller de façon brutale, pour découvrir, perché sur son torse, un matou en furie. Il était toutes griffes dehors, les oreilles rabattues sur les côtés, sa queue gonflée faisant des va-et-viens interminables dans son dos.

T'es vraiment un connard! Je ne fais pas le malin, de quel droit tu te permets de juger ce que je fais ou non? On m'a invité, je ne suis pas venu de mon plein gré moi.

Jake, après cette réplique acerbe, voulut riposter calmement mais le matou saisit son cou de ses mains griffues, collant sa queue encore trempée sur son visage. L'eau qui y restait commença à s'évaporer au contact de la peau du jeune homme et son assaillant la retira furtivement. Jake commençait à perdre patience, son torse lacéré par cet inconnu importun, et, d'un coup d’œil rapide, vit que le temps s'était écoulé bien vite et qu'il se devait d'aller aux douches pour se rafraîchir. Le matou allait s'en rendre compte bien rapidement, s'il restait encore longtemps sur lui. La chaleur ambiante, autour de cet étrange couple, commençait déjà à augmenter et quand Jake fit mine de se lever, l'autre le retint au sol, un sourire narquois sur les lèvres.

T'es vexé que j'ai baissé ton maillot? Et bien je peux te rassurer, il n'y avait strictement rien à voir.

Et avec une légère impulsion, il se releva en s'appuyant sur son cou. Jake en profita pour faire de même, soudain très énervé, de la vapeur commençant à s'échapper de la piscine. Un grognement sourd se fit entendre dans sa cage thoracique, et, furieux, il attrapa violemment le bras de son interlocuteur. Avec une voix dans laquelle perçait une rage tant bien que mal contenue, il s'exprima tout bas.

Sache, petit chaton, qu'une invitation mal venue peut être déclinée sous beaucoup de prétexte, même s'il faut pour cela mentir. Et je n'étais pas le moins du monde vexé, j'étais près à laisser passer cette petite mésaventure mais il a encore fallu que tu ramènes ta poire pour tout faire foirer. Maintenant, c'est ton problème, pas le mien. Mais si tu t'obstines à me chercher des noises, tu vas trouver en moi en compagnon bien désagréable.

Quand il lâcha le bras de son prisonnier et qu'il regarda autour de lui, il ne vit strictement rien à part de la vapeur. Il avait de nouveau transformer la piscine en sauna, et le regard peu amène du personnel qui accourait vers lui l'obligea à prendre la fuite. Il ramassa ses affaires d'un geste prompt, décocha un regard remplit d'amertume au matou et s'engagea d'un pas pressé vers les vestiaires. Une rangée de sbires vint lui bloquer le passage, le gérant se frayant un chemin parmi eux pour demander une explication à cette récidive. Leurs yeux remplient de supériorité changèrent bien vite pour une lueur de frayeur, quand Jake laissa échapper une langue de feu sous le coup de la colère. Il fonça sur le mur humain sans dire un mot, et vit que l'on s'écartait facilement sur son passage. Il savait maintenant que son séjour à la piscine était proscrit, et qu'il fallait maintenant qu'il trouve une nouvelle occupation hebdomadaire. Il s'engouffra dans les vestiaires et en ressortit aussi vite qu'il en était entré. Dehors, le soleil brillait toujours de mille feux, et avec un dernier regard chargé de ressentiments, il s'enfonça dans les jardins et les arbres, ne voulant plus jamais entendre parler de cette histoire.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


CALL ME Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Libre - Don't wanna hear those words tonite. Aujourd'hui à 1:54

Revenir en haut Aller en bas

Libre - Don't wanna hear those words tonite.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.T H E O T H E R S I D E :: « The Other Side - Hors Jeu » :: Corbeille :: Anciens RP-
Sauter vers: