THE INCREDIBLE STAFF
They will always be there for u♥
ERIN MCCARLEY ❦ FONDATRICE

AKA QUINN BAILEY & LUTHER SAWYER
Voir son profil ?  La contacter ?
JULIUS VON WOLKEN❦ FONDATEUR

AKA RIEN DU TOUT
Voir son profil ? Le contacter ?

AUSTER CAROLL ❦ ADMINISTRATRICE

AKA AMBROISE B. AGAPET
Voir son profil ? La contacter ?
JERELATH COHEN ❦ ADMINISTRATRICE

AKA CHRYSANDRE PETRAKIS
Voir son profil ? La contacter ?

Si vous avez une question, une suggestion ou quelconque autre problème vous pouvez envoyer un petit mp au Staff! Attention certains mordent ♥

© Design #6 par Erin McCarley, optimisé sous Firefox.
BACKGROUND
It's the end when I begin
Dans cet établissement pas de discrimination, tout le monde demeure sur un pied d’égalité : vampires, humains, loup-garous, succubes et autres créatures. Pour ce faire il est naturellement obligatoire de conserver une forme humaine. Marre du monde des humains où vous vous sentez à l’étroit, mal à l’aise ? Il vous manque simplement la liberté. Le pensionnat est là pour vous. Nous saurons vous trouver où que vous soyez et qui que vous soyez.Cependant derrière tout ces aspects d’égalité et de liberté les plans se trament et la tentation de hausser sa race en influence au sein de l’établissement apparaît. Les tensions montent secrètement et lentement entre les différents individus et l’odeur âpre de la confrontation entre celles-ci commence à ce faire sentir. Sous des airs angéliques vos voisins de table peuvent très bien vous haïr. Tout n’est que voile et mensonge. Maintenant à vous de faire votre entrée, qui que vous soyez, quoi que vous soyez. Continuerez vous le jeu malsain qui se joue dans l’établissement ou vous dresserez vous contre celui-ci en faisant éclater la vérité au grand jour ? Saurez vous passer « de l’autre coté » ?
DA NEWS & CIE
You know now
Nouveau DESIGN à commenter et à critiquer ici. Prédéfinis libres et rafraîchis ! Jetez y un oeil! Gazette est de retour ! Pour vous jouer DES mauvais tours, avec une montée de sadisme en prime ♥

N'oubliez pas de voter pour le forum !

the other side
BODIES WITHOUT SOULS, OR NOT
Have fun with them, if you can



Encore et toujours plus de prédéfinis ici !

Partagez|

Libre - Don't wanna hear those words tonite.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Libre - Don't wanna hear those words tonite. Mar 2 Aoû - 20:57

Peu de temps s'était écoulé depuis l'arrivée d'Elias Declan. Ce nouvel élève plutôt renfermé sur lui-même, qui passe à côté de vous sans daigner vous offrir un regard, ne serait-ce que très bref. Pourtant, quelques personnes semblaient s'être intéressées à lui, dont de nombreuses filles. Il faut avouer qu'il n'était pas laid, et qu'il se défendait bien, il avait ce petit charme que l'on décèle en un regard, et qui donne envie de le connaître un peu mieux. Malheureusement, lui n'était pas du même avis, et se braquait bien vite lorsque, à son goût, les gens devenaient trop familier avec sa personne. Enfin, il avait tout de même réussi à se faire sa petite place en ces quelques jours passés au sein de cet établissement, c'est pourquoi, bien vite, il se retrouva "invité" à une petite après-midi à la piscine. Il n'avait pas souhaité refuser, ç'aurait été mal poli pour un nouveau venu de refuser l'hospitalité de personnes qui vous accueillent à bras ouverts. Seulement, il s'était mit en tête de ne même pas tremper un de ses coussinets. Il resterait au bord pour discuter avec des personnes, qui comme lui, ne souhaitaient pas vraiment nager... Du moins, il espérait qu'il y en aie. Il passa même les jours suivants à se demander ce qu'il ferait s'il ne pouvait pas échapper à la piscine... Ça peut vous paraître idiot, mais Elias étant un neko, il a un réel mal avec l'eau. Non, pas les douches et les bains, plutôt les vastes bassins où il n'a pas pied, et où il est totalement immergé et entouré par l'eau. Cette vue de son être plongé dans un liquide si limpide et pourtant si dangereux que l'eau le rendait malade, il en avait même quelques frissons. En cours même, il y songea, triturant son matériel ou ses cheveux, la tête en l'air. Il se fit rappeler à l'ordre quelques fois alors qu'il semblait rêvasser au fond de la classe, anxieux.

Le jour J, il était plus que nerveux. Un peu comme s'il allait passer un examen qui déterminerait son avenir, alors qu'il n'en était rien. Il était dans sa chambre, en train de préparer ses affaires. Il prit tout ce qui lui semblait logique, car n'ayant jamais mis une patte à la piscine, Elias ne se doutait pas vraiment du matériel dont il fallait se fournir. Un drap, un maillot, et le tour était joué. Il ne songea pas à chercher des lunettes ou un pince-nez, puisqu'il n'irait pas dans l'eau. Têtu, il était bien décidé à rester au sec aujourd'hui, quoi qu'il doive faire pour cela. Bientôt, il rejoignit le petit groupe pour se rendre au gymnase, et donc à la piscine. Au fur et à mesure qu'il avançait dans les couloirs, la boule dans son ventre se resserrait et l’oppressait. Sa respiration en devenait même difficile et saccadée. Il pouvait déjà sentir l'odeur du chlore et autres produits baignant dans l'eau de la piscine, ses sens décuplés lui permettant de sentir beaucoup mieux qu'un homme. Parfois, c'était bien plus un fardeau qu'un cadeau du ciel, et il maudissait son créateur... C'est à dire son père qu'il n'avait jamais aperçu, et dont il n'avait jamais eu de nouvelles. Il sortit bien vite de ses pensées, trouvant que l'atmosphère se faisait bien trop lourde pour lui. Il sentait une étrange lourdeur se poser sur ses épaules et le poussant vers le bas. Aussi, il ne tarda pas à s'arrêter et à faire demi-tour, prétextant qu'il avait oublié quelque chose dans sa chambre, bien qu'il n'en soit rien. Il accéléra le pas et se retrouva bien vite dehors, ou, dans une grande inspiration, il emplit ses poumons d'air frais, la nœud de son bas-ventre se déliant. Il ne pouvait pas y retourner... Il ne pouvait pas non plus faire marche-arrière.

Bien sûr, la fierté l'emportant, le jeune chat retourna vers l'intérieur du bâtiment d'une démarche déterminée. Il traversa les couloirs en vitesse et se rendit aux cabines pour se changer. Il posa son sac sur la petite tablette qu'il fallait déployer avant usage, et ouvrit la fermeture pour en sortir le maillot. Ha, ce qu'il pouvait détester cette chose qui moulait tout, mais malheureusement, elle était obligatoire. Les maillots-shorts étaient interdit dans les piscines publiques. Soupirant et tentant de se détendre, il se dévêtit et enfila le léger tissu bleu marine. Il se sentait complètement nu, et il détestait cela plus que n'importe quoi d'autre. Elias aurait certainement préféré un costume ridicule à cet accoutrement de natation. Attrapant sa serviette et son sac qui contenait ses vêtements, il alla les placer dans un casier et noua le bracelet munit de la clef à son poignet. Il était prêt, physiquement, mais certainement pas mentalement. Il s’avança dans les couloirs, et ne passa même pas sous la douche, se contentant de tremper ses pieds dans le petit bassin juste à l'entrée des deux bassins. Un petit, et un beaucoup plus colossal. Limite, il se disait qu'il pourrait presque aller dans le petit pour faire bien, et montrer qu'il n'avait pas peur de l'eau... Mais en y réfléchissant, cela lui sembla bien plus pathétique qu'héroïque. Grognant sourdement, il rejoignit le bord qui surplombait le bassin et s'y installa, s'asseyant bien entendu sur son drap pour ne pas entrer en contact avec le carrelage froid de l'endroit. Les autres étaient déjà dans l'eau à s'arroser, plonger, rigoler. Il soupira, faisant la moue. Même sans les oreilles, on pouvait percevoir ses attitudes et mimiques félines qui le rendaient si mignon.

Cependant, quelques goûtes se posant sur sa peau brisèrent totalement sa petite bulle, la réalité se faisant si violente quand il s'y attendait le moins. Les autres s'étaient amusé à l'arroser, lui demandant pourquoi il ne venait, s'il était si couillon qu'il n'osait pas venir, et bien d'autres choses encore. Il se contenta de les ignorer et détourna le regard vers les grandes vitres, qui donnaient sur de la verdure. Il s'attarda sur un chat qui passait par là, ayant un petit sourire en le voyant rôder autour de l'école. Lui aussi aurait aimé être un chat à part entière... Même un humain à part entière, et non pas un bâtard entre les deux. Perdu dans ses pensées, il ne vit pas le coup arriver. Un idiot, s'étant aidé d'une petite blanche molle, vint lui balancer quantité d'eau au visage. Le chat se leva sur le champs, furieux, les poils hérissés. Un frisson de dégoût et d'horreur remonta le long de son échine, lui donnant la chaire de poule comme jamais personne ne l'avait eut. Les larmes lui montèrent au yeux et il repoussa le criminel, s'en allant en trottinant vers les vestiaires. Il repassa par le rince-pied, les douches, mais par malheur, il eut la maladresse de glisser sur une savonnette posée au sol. Il fit toutes les postures que l'on pouvait aujourd'hui trouver dans le livre le plus renseigné sur le kama-sutra, tentant avec hargne de se rattraper à ce qu'il pouvait. C'était ridicule, et à la fois tordant. Finalement, tout se stabilisa, alors qu'il s'était accroché à quelque chose de plutôt étrange, il ne pouvait le reconnaître qu'avec les mains, c'est pourquoi il releva les yeux vers la "chose" en question. Il tomba nez à nez avec une partie du corps plutôt intime et... Plutôt nue. Elias venait de priver une personne de son maillot, en cherchant à se rattraper pour éviter de se manger le sol. Ses oreilles et sa queue ne tardèrent pas à faire leur apparition, le mettant dans un état de malaise total.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
CALL ME Invité
Invité
MessageSujet: Re: Libre - Don't wanna hear those words tonite. Jeu 4 Aoû - 8:20